Il reste encore quelques jours pour profiter du soleil et de la chaleur. Un front froid est attendu jeudi.

Records de chaleur historiques

Le week-end que nous venons de vivre passera à l'histoire pour ses hautes températures et ses indices humidex exceptionnels.
Environnement Canada a confirmé que le premier week-end  de l'automne à Ottawa-Gatineau fut historique : samedi, à 16 h, la capitale nationale enregistrait une pointe à 30,5 °C et dimanche, à la même heure, le mercure atteignait 31,4. Le précédent record pour un 24 septembre appartenait à l'année 2010 avec 28,5.
Dimanche, Gatineau cuisait à 32 °C pile à 16 h. Le précédent record pour un 24 septembre à Gatineau se fixait à 26,1 en 1968. Les données pour un 23 septembre à Gatineau n'étaient pas disponibles, mais il est désormais établi que ce fut une fin de semaine qui passera à l'histoire.
Pour ajouter à l'inconfort, les valeurs humidex variaient de 38 à 40 ce week-end selon les secteurs.
Samir Al-Alwani, météorologue à Environnement Canada, nous confirme que notre supplément d'été devrait perdurer encore quelques jours, mais que notre récréation se terminera vers jeudi en fin de journée alors que nous retrouverons des normales saisonnières. Un front froid nous rappellera à l'ordre avec un mercure avoisinant les 20-22 Celsius. 
Pourquoi ce bonus estival inespéré ? M. Al-Alwani pointe du doigt l'ouragan Jose, désormais sans danger, mais qui est allé mourir dans l'Atlantique en bloquant littéralement tout couloir de changement d'air. « Lui (l'ouragan Jose) a joué le rôle de bloqueur, si vous voulez, dans la haute atmosphère. Alors, on a un temps stagnant avec la même masse d'air, la même météo (...) la même entité météorologique, jour après jour (...) (Avec la présence du soleil), on gagne un ou deux degrés chaque jour, depuis une semaine, même plus », explique le météorologue.
Quant à notre réflexe de tout mettre sur le dos du réchauffement climatique, M. Al-Alwani rappelle que la variabilité est normale en météorologie, mais que depuis une dizaine d'années, on observe un accroissement des systèmes non classiques et des tendances extrêmes. 
Mais il faut aussi se rappeler que septembre demeure un mois de transition, conclut-il...