Le biologiste et professeur en foresterie au collège La Cité, Pascal Samson, a présenté samedi une cartographie identifiant 360 terrains du Vieux-Aylmer qui sont susceptibles au reboisement.

Reboiser le Vieux-Aylmer avec 1200 arbres

Le regroupement Les Partenaires d’Aylmer, dont le mandat est de contribuer à la qualité de vie des résidents du secteur, suggère de planter 1200 arbres sur le territoire du Vieux-Aylmer d’ici les prochaines années.

Cette proposition s’inscrit dans le cadre du projet Mon quartier vert qui vise à sensibiliser les citoyens à adopter de saines habitudes écologiques.

Le biologiste et professeur en foresterie au collège La Cité, Pascal Samson, a présenté samedi une cartographie identifiant 360 terrains du Vieux-Aylmer qui sont susceptibles au reboisement.

«Le but c’est de garder en vue cette belle verdure qu’on a dans la région et de garder une forêt qui est à l’image de ce qu’est la forêt de l’Outaouais. On a donc repéré des terrains du secteur sur lesquels ont pourraient planter des arbres qui poussent déjà dans la région», détaille M. Samson, soulignant qu’il est primordial de planter des espèces indigènes qui poussent déjà naturellement en Outaouais au détriment des espèces exotiques afin de «remettre du sang neuf dans la forêt pour en assurer sa continuité».

«Si on pouvait densifier la forêt urbaine en général dans la ville, ça donnerait un caractère identitaire au Vieux-Aylmer et à la ville de Gatineau. Ça nous permet aussi d’avoir une forêt qui soit riche, diversifiée et qui va dans l’optique des objectifs internationaux pour préserver la biodiversité mondiale.», poursuit-il.

«On sait qu’avec la menace des changements climatiques, la forêt subit beaucoup d’outrages. On l’a vu cette semaine avec les vents forts qui ont frappé le Québec et l’Est ontarien, il y a des arbres qui ont écopé. C’est pourquoi c’est important de replanter des arbres qui ont des gènes plus résistants et qui pourront rester forts malgré les vents et les inondations.»

L’expérience avait été tentée une première fois dans le quartier Wychwood il y a quelques années. Le projet a d’ailleurs connu un franc succès. «Si on l’a fait là-bas, alors on peut le faire ici. Notre vœu le plus sincère c’est qu’on puisse agrandir la portée de ce projet-là à l’ensemble du secteur», souligne l’agente de mobilisation pour les Partenaires du secteur Aylmer, Sylvie Trudel. 

«C’est sûr qu’on va avoir besoin d’une subvention pour faire diminuer le coût du projet. Surtout qu’en ce moment notre pays est gouverné par un premier ministre qui a promis de planter plus de 2 milliards d’arbres. On espère qu’il va en rester quelques-uns pour le Vieux-Aylmer», soutient Mme Trudel.

Ce projet de reboisement devrait se faire en deux étapes. «Cette année, on veut que les citoyens prennent conscience du potentiel de reverdissement dans notre secteur. La deuxième étape va être d’encourager les citoyens à planter des arbres en lien avec ce qui a été identifié dans le projet, donc ça va assurément se poursuivre l’année prochaine», explique la conseillère municipale du District d’Aylmer, Audrey Bureau. «On sait que les changements climatiques représentent une des grandes préoccupations des citoyens et une des façons simples d’agir c’est en plantant des arbres».