Des membres du conseil municipal de Maniwaki affirment ouvertement éprouver un malaise face à la façon dont la municipalité traite depuis quelques années le dossier du Château Logue.
Des membres du conseil municipal de Maniwaki affirment ouvertement éprouver un malaise face à la façon dont la municipalité traite depuis quelques années le dossier du Château Logue.

«Qu'est-ce qui presse tant?», demande un conseiller

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Le conseiller municipal de Maniwaki, Louis-André Hubert, se demande bien à quel jeu joue son administration municipale. Une semaine après avoir dénoncé la volonté de la municipalité de détruire des documents alors que le ministère des Affaires municipales mène une enquête, le conseiller se questionne maintenant sur ce qui pousse la Ville à agir maintenant pour modifier ses ententes avec le Château Logue.
«On nous appelle à voter sur des documents, des votes qui auront un impact financier important, dit-il. On nous demande de renoncer à des sommes importantes qui nous sont dues, qui sont dues aux contribuables de Maniwaki. Et on nous demande de faire tout ça alors que le ministère des Affaires municipales enquête précisément sur ce dossier-là.»
M.Hubert ne se prononce pas sur la pertinence de faire un trait ou non sur ces sommes dues, ni sur la nécessité de faire des corrections dans les ententes précédentes avec le Château Logue, mais il se questionne sur le bien-fondé de prendre de telles décisions dans le contexte actuel.
Enquête du ministère
«Si le ministère en vient à la conclusion qu'il n'y a pas de problème, on ira de l'avant, on fera le débat et nous aurons les discussions qu'il faut, explique-t-il. Mais si le ministère en vient à la conclusion qu'il y a un problème avec ce qui a été fait jusqu'à maintenant, qu'allons-nous faire? Qu'est-ce qui presse tant pour que nous devions prendre ces décisions maintenant? Je ne suis pas à l'aise du tout, du tout de voter pour modifier des ententes qui font actuellement l'objet d'une enquête du ministère.»
Louis-André Hubert demande à l'administration et à ses collègues du conseil municipal de jouer de prudence dans le dossier du Château Logue. «Si le ministère des Affaires municipales croit bon d'enquêter sur ce qu'on a fait dans ce dossier-là, est-ce que nous pouvons, s'il vous plaît, arrêter d'y toucher, demande-t-il. Est-ce qu'on peut laisser le temps au ministère de faire son travail? Est-ce qu'on attendra de lire les conclusions de l'enquête en cours avant d'agir? Il me semble que ce serait plus prudent.»
Ni le maire de Maniwaki, Robert Coulombe, ni le directeur général de la Ville, Daniel Mayrand, n'ont donné suite, hier, aux demandes d'information du Droit.