Université Laval au cœur de nos vies

Qu’est-ce qui nous fait vibrer dans une chanson?

En collaboration avec Le Soleil, l’Université Laval signe une série d’articles présentant les retom­bées de ses recherches sur le quotidien des gens. Cette semaine, nous mettons en lumière la Faculté de musique de l’Université Laval.

Vous êtes dans la voiture et une chanson de Céline Dion joue à la radio. Vous comprenez difficilement les paroles – en anglais par-dessus le marché ! –, mais la chanteuse qui a conquis le monde entier arrive tout de même à vous faire chavirer. Son vibrato singulier, c’est-à-dire l’effet de tremblement rapide qu’elle produit avec sa voix, aurait une part de responsabilité dans ce phénomène, d’après Serge Lacasse, professeur titulaire à la Faculté de musique et directeur du Laboratoire audionumérique de recherche et de création (LARC).

Voix craquée, voix soufflée, voix rauque: ces effets, et de nombreux autres, avec lesquels la voix chantée communique les émotions, fascinent le professeur. «Il existe une centaine d’effets vocaux: chaque chanteur a les siens et ceux-ci forment un vocabulaire, que l’on appelle un phono­style, par lequel le chanteur véhicule des émotions», explique Serge Lacasse qui travaille de près avec les artistes pour mieux comprendre comment se transmet l’émotion. Par exemple, avec Sophie Stévance, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en recherche-création en musique, il a proposé à la chanteuse inuite canadienne Tanya Tagaq de réaliser le mixage de son album Animism. Cette artiste, qui a déjà travaillé avec Björk et qui fait des chants de gorge sur une musique électro pop, a remporté un prix Polaris et un Juno pour cet album. 

Serge Lacasse, professeur titulaire à la Faculté de musique et directeur du Laboratoire audionumérique de recherche et de création (LARC).

Grâce à cette collaboration, les chercheurs ont pu obtenir plusieurs entrevues avec la chanteuse et toutes ses pistes vocales, ce qui constitue une véritable mine d’information à analyser. Serge Lacasse a classé les effets vocaux de Tagaq pour en dégager le phono­style, de manière à déceler à quels moments elle les utilisait. Il a de plus identifié les effets vocaux issus de la culture inuite et les autres plutôt associés à la culture occidentale. 

« Selon notre vision de la recherche-création, la création nourrit la recherche et la recherche nourrit la création puisque Tanya, qui se perçoit comme une improvisatrice, a ensuite transformé son travail pour le diversifier encore davantage », raconte Serge Lacasse qui envisage d’écrire un livre sur le rapper Eminem, grand maître des effets phono­stylistiques. 

Le Laboratoire audionumérique de recherche et de création (LARC) offre aux étudiants et aux chercheurs de l’Université Laval une multitude de possibilités.

Un studio d’enregistrement professionnel à l’Université

Il ne faut pas non plus négliger le travail en studio pour susciter l’émotion chez les auditeurs. Spécialiste de l’enregistrement, Serge Lacasse a travaillé avec plusieurs artistes populaires, dont Lynda Lemay et Mitsou, avant de faire le saut en milieu universitaire. Aujourd’hui, comme directeur du Laboratoire audionumérique de recherche et de création (LARC) de l’Université Laval, il travaille sur plusieurs projets d’étudiants. Ses expériences étaient si concluantes qu’il a mis sur pied les Productions LARC. La première artiste à avoir signé un contrat de disque est Héra Ménard, qui vient de lancer son premier album country en collaboration avec les Disques Passeport. 


« Selon notre vision de la recherche-création, la création nourrit la recherche et la recherche nourrit la création. »
Serge Lacasse

«C'est, à ma connaissance, la première fois au Canada qu’un album est produit par une université et associé à une maison de disques, affirme le professeur. Des étudiants ont eu la chance de jouer sur l’album. Plusieurs chansons tournent maintenant sur Spotify, Stingray, Apple Music et autres géants du numérique.» Le chercheur a passé un an et demi en studio à peaufiner des techniques où il mariait microphones et préamplificateurs afin de créer le son intime et transparent de cet album. «Il y a tout un travail de mixage et de dosage des différents effets de la voix pour arriver avec quelque chose qui vient vraiment toucher les gens», explique-t-il. 

Les Productions LARC, toujours en collaboration avec les Disques Passeport, viennent de lancer, le 8 décembre, la compilation Remixer le Québec, elle aussi disponible sur toutes les plateformes.

Serge Lacasse en compagnie de Jesse Zubot, réalisateur de l’album Animism de Tanya Tagaq, dans le studio du LARC.

Un spectacle interactif grâce à la biométrie

Serge Lacasse, qui a été séduit par la musicologie lorsqu’il est tombé par hasard sur un travail d’analyse d’un solo de guitare de Jimi Hendrix, souhaite maintenant pousser un cran plus loin ses recherches sur la phono­stylistique et le déclenchement d’émotions chez le public.

Avec sa collègue, Sophie Stévance, il a travaillé à nouveau avec Tanya Tagaq qui a accepté, en février 2016, de donner un spectacle au Palais Montcalm, où des capteurs infrarouges enregistraient tous ses mouvements. «Nous voulons comprendre comment les sons interagissent avec les mouvements pour faire passer des émotions», explique Serge Lacasse. Cette expérimentation fait partie d’un projet plus vaste qui devrait déboucher, à moyen terme, sur un spectacle interactif impliquant tant l’artiste que le public.

Les gens du public et l’artiste porteront un bracelet qui enregistrera leurs données biométriques (température corporelle, rythme cardiaque, etc.) afin de décoder ce qu’ils ressentent. «L’artiste pourra ainsi adapter ses gestes et sa voix en temps réel à ce que ressent le public pour vraiment interagir avec lui, explique le chercheur. On souhaite aussi modifier l’éclairage et le son pour créer de réels environnements interactifs. En liant la technologie, l’artiste et le public, Sophie Stévance et moi souhaitons créer une forme d’organisme vivant qui fonctionne en circuit fermé, un spectacle “échosophique”.» 

Pour en savoir plus sur les travaux de recherche de Serge Lacasse et de ses collaborateurs.