La 12e édition du Mois de l'archéologie propose plus d'une centaine d'activités, dont la moitié sont gratuites, afin de faire découvrir l'histoire qui se cache sous nos pieds. Enfants ou adultes, novices ou grands amateurs, tous les publics sont invités.

Quelques heures dans la peau d'Indiana Jones

Ian Badgley rigole quand on lui dit qu'il est un croisement entre Indiana Jones et un fonctionnaire fédéral. « C'est un peu vrai », avoue-t-il, du bout des lèvres, avec son accent anglais.
C'est que M. Badgley est le premier et seul archéologue à l'emploi de la Commission de la capitale nationale (CCN). Le territoire de la capitale nationale recèle de trésors archéologiques. Le parc du Lac-Leamy, où il officie ce mois-ci, renferme à lui seul le plus grand complexe de sites archéologiques préeuropéens en Outaouais. La plupart des 14 sites archéologiques qu'on y a recensés ont été occupés par l'homme il y a de 1 000 à 2 000 ans de cela. Les collections d'objets retrouvés sur ces sites fournissent des renseignements cruciaux sur l'histoire des Premières Nations de la région. 
Accessibles à tous
Après une longue marche en forêt, on arrive sur les berges de la rivière Gatineau où quelques dos sont courbés sur de petits carrés de terre à gratter. Parmi les chercheurs d'artéfacts, des étudiants en archéologie et en anthropologie, mais aussi des amateurs venus prêter main-forte aux spécialistes dans le cadre du Mois de l'archéologie. Chaque année, on ouvre des chantiers au public pour démocratiser un peu la profession et la rendre plus accessible à tous.
Les pièces exhumées ? De la poterie, de la céramique, des outils de pierre, des pointes de flèches, des racloirs, des grattoirs, des couteaux, ou plutôt, des fragments de tout ça. 
Debout devant un carré bien raclé, Ian Badgley explique que nous sommes sur l'ancien site d'un atelier de taille avec son foyer; le changement de coloration du sol en témoigne. Le Christ vivait lorsque des nations algonquiennes empruntaient un vaste corridor de voies navigables incluant la rivière des Outaouais, la rivière Gatineau et la rivière Rideau.
« Cette année, on a décidé de faire dix jours de fouilles publiques à ce site-ci, raconte l'archéologue Badgley. Ici, c'était un lieu de rassemblement qui remonte à 5000 ans. On est au coeur d'un vaste réseau de communication et d'échanges. C'était un réseau extraordinaire. » 
On peut découvrir les trésors archéologiques du parc du Lac-Leamy, du 11 au 14 août, ainsi que les 21 et 22 août. 
Et tant d'autres choses...
Outre le parc du Lac-Leamy, des sessions de fouilles seront aussi offertes, du 25 au 27 août, à la Ferme Moore, surtout autour du chalet Broadview, qui a été construit vers 1900 et fut détruit par un incendie en 1956. Ce site fournit de nouvelles connaissances sur la vie à la ferme au début du 20e siècle dans la région.
Tout le mois, on peut aussi visiter le fameux bunker souterrain destiné à abriter les fonctionnaires et politiciens canadiens en cas de guerre nucléaire, le Diefenbunker.
Une visite archéologique guidée sera aussi offerte, le dimanche 13 août, sur la colline du parlement; 150 ans d'histoire dans ce cas-ci.
Des fouilles archéologiques ont aussi lieu au site historique de Pinhey's Point. Niché en bordure de la rivière des Outaouais, à environ 40 minutes à l'ouest du centre-ville d'Ottawa, le lieu historique de Pinhey's Point abrite des ruines et un manoir de près de 200 ans. Ce sera les samedi 19 août et lundi 21 août.
Enfin, une exposition à l'hôtel de ville d'Ottawa, tout le mois d'août, présente l'archéologie préeuropéenne et historique d'Ottawa et des environs. Ce sont des trouvailles archéologiques découvertes et préservées lors du projet de réaménagement des plaines LeBreton.
Activités en Outaouaishttp://www.moisdelarcheo.com/outaouais.html