Guy Rouleau continue son périple cycliste jusqu'a Windsor en Ontario.

Québec-Windsor en vélo hivernal

La neige, les températures frigides et le vent n'ont pas refroidi les ardeurs de Guy Rouleau dans son objectif de parcourir à vélo les 1300 kilomètres entre Québec et Windsor afin de solliciter le public pour former une chaîne humaine reliant les deux villes cet automne.
L'aventure hivernale sur deux roues de M. Rouleau a commencé mardi à Québec avec un premier segment de 80 km. Il est arrivé sur son fatbike (vélo à pneus surdimensionnés) devant le Parlement à Ottawa samedi avec son camarade, Nicolas Berniquez-Villemaire.
« Nous sommes partis de Québec avec des vents monstrueux d'une soixantaine de kilomètres/heure. Par contre, ils soufflaient dans notre dos. C'était donc à notre avantage. Ça s'est bien déroulé. C'étaient des conditions hivernales, mais nos vélos sont faits pour ça », a expliqué le résident de Cantley, dimanche, quelques heures avant de reprendre la route pour une courte journée de 25 km jusqu'à Manotick, question de lui permettre de continuer à récupérer et à faire le plein d'énergie. 
Jeudi dernier fut particulièrement difficile en raison de la tempête de neige, a aussi raconté l'aventurier.
« Nous sommes partis de Louiseville et nous nous sommes rendus jusqu'à Montréal. La première demie a été ardue. Nous étions aux prises à des vents de face d'une soixantaine de kilomètres/heure avec poudrerie. Nous étions par contre toujours déterminés. C'est toujours un coup de pédale à la fois. Si on ne se rend pas, on couchera ailleurs. Ce n'est pas une course. Finalement, l'objectif est de faire connaître le projet de chaîne humaine », a raconté Guy Rouleau.
Pour combattre le froid extrême, les cyclistes ont rajouté « des pelures ». 
« Il a fallu rouler avec des lunettes et le masque. Le confort était parfait », a précisé M. Rouleau, travaille à son compte comme gestionnaire de projets dans les technologies de l'information.
M. Rouleau continue maintenant son chemin seul puisque son acolyte retourne aux études cette semaine à l'Université d'Ottawa.
Le but de cette randonnée est de convaincre 1,25 million de personnes pour former une chaîne humaine de la capitale québécoise à Windsor, dans le sud-ouest de l'Ontario, une distance de 1300 km. L'objectif est de battre un record le monde de 1050 km qui a été établi en 2004 au Bangladesh. Cinq millions de personnes s'étaient jointes par les mains à l'époque.
La couverture médiatique a permis aux cyclistes de faire connaître leur projet.
« On roule et les gens klaxonnent. C'est l'fun. Je suis vraiment touché de ça, de voir que le monde commence à connaître l'événement. Les gens embarquent. À tous les endroits où on arrête, ils nous en parlent. Tout le monde est emballé par l'événement qui s'en vient », a ajouté M. Rouleau, qui prévoit arriver à Windsor entre le 16 et le 18 janvier.
Des fonds sont amassés dans le cadre du défi. Seulement 365 $ avaient toutefois été amassés en date de dimanche. L'objectif est de 10 000 $. La moitié des fonds recueillis iront à l'organisation Jeunesse, J'écoute alors que l'autre moitié servira à défrayer les coûts nécessaires au projet de chaîne humaine.