La ministre québécoise du Tourisme, Caroline Proulx
La ministre québécoise du Tourisme, Caroline Proulx

Québec verse 4,3 M$ au secteur touristique en Outaouais

Le secteur touristique de l’Outaouais reçoit 4,3 millions $ de la part de Québec. Misant sur le tourisme d’affaires, les déplacements sur l’ensemble du territoire et la proximité de l’Ontario, l’investissement ponctuel vise surtout à ce que la région puisse « développer son rôle de porte d’entrée du Québec ».

L’annonce a eu lieu au café Biscotti & Cie de Chelsea jeudi matin, une semaine après que la province ait autorisé la réouverture de presque tous les secteurs de l’économie, et un mois après que le ministère du Tourisme ait annoncé un plan de relance de 753M$.

D’entrée de jeu, la ministre québécoise du Tourisme, Caroline Proulx, a rappelé que l’Assemblée nationale du Québec avait adopté à l’automne dernier une motion reconnaissant le caractère particulier de l’Outaouais et son sous-financement dans plusieurs domaines. Cet investissement, insiste-t-elle, en est une conséquence directe. « Les bottines suivent les babines aujourd’hui », a-t-elle lancé à la blague.

Au total, un montant de 4 285 907 $ est alloué à Tourisme Outaouais. Du lot, 3 M$ seront dédiés à « bonifier l’offre touristique en dehors de la ville de Gatineau », a résumé Mme Proulx. Cette enveloppe vise deux cibles, soit développer une stratégie de tourisme d’affaires — qui est « deux fois plus payant que le tourisme d’agrément » — et encourager les déplacements dans tout l’Outaouais.


« Cette somme-là va nous permettre d’être plus agressifs sur le marché d’Ottawa pour que les gens viennent nous voir. »
France Bélisle

La présidente-directrice générale de Tourisme Outaouais, France Bélisle, était émue. Alors qu’elle célébrera fin juillet ses cinq ans à la tête de l’organisme, elle reçoit cet investissement comme « un game changer ».

Avec cet argent, concrètement, « nous, ce qu’on veut, c’est chatouiller le plus possible les Ontariens, illustre-t-elle, un trémolo dans la voix. Cette somme-là va nous permettre d’être plus agressifs sur le marché d’Ottawa pour que les gens viennent nous voir. Ça va nous donner un effet de levier. (…) On va travailler avec les MRC pour faire une meilleure mise en marché du milieu rural en Outaouais. »

Le montant restant de 1,3 M$ découle d'une Entente de partenariat régional en tourisme (EPRT) renouvelée. Cette enveloppe distribuera des soutiens d’urgence aux entreprises pour l’ouverture de la saison 2020-2021, pour réaliser des adaptations aux nouvelles mesures imposées dans le contexte de la pandémie, et pour les projets de développement de l’offre locale.

Mme Bélisle anticipe que ce dernier programme sera rendu disponible pour les entreprises de l'Outaouais dans les prochains jours. « Le gouvernement nous a donné une plus grande autonomie pour qu’on soit capables de traiter les demandes régionalement et de décaisser les sommes très rapidement. Je pense que le ministère du Tourisme comprend qu’il y a un sentiment d’urgence là-dedans », ajoute-t-elle.

Selon des chiffres de Tourisme Outaouais, cette industrie crée 435 M$ de retombées économiques par an et génère 8000 emplois directs et indirects. L’Outaouais accueille 3 millions de visiteurs chaque année. De ce nombre, le tiers proviennent de l’extérieur du Québec, principalement de l’Ontario.

La présidente-directrice générale de Tourisme Outaouais, France Bélisle

32 532 $ pour le parc nature Éco-Odyssée

Plus tard en journée, la ministre Proulx a annoncé une autre aide financière de 32 532 $ au parc nature Éco-Odyssée. 

Le site de plein-air situé à Wakefield compte construire de nouveaux hébergements insolites, aménager des sentiers pédestres éducatifs et améliorer ses infrastructures d'accueil. Cette somme provient de l'EPRT de 2016-2020.

La Maison du tourisme rouvrira « d’ici deux semaines »

En raison de la COVID, Tourisme Outaouais a dû fermer ses deux centres d’information. Le bureau de Montebello a déjà recommencé à accueillir des visiteurs, mais la Maison du tourisme, située dans le centre-ville de Hull, reprendra du service dans les deux prochaines semaines.

Questionnée à savoir s’il y avait une contradiction entre cette fermeture et l’annonce, France Bélisle répond par la négative. « Dans les deux cas, on a toujours continué d’offrir un service par téléphone ou par courriel, explique-t-elle. À Gatineau, on attendait la réouverture des restaurants dans le centre-ville. Mais le Musée canadien de l’histoire n’est pas ouvert, et le Casino non plus, et cela a fait en sorte qu’on pouvait attendre encore un peu. »