Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Des travaux permettant l’aménagement des infrastructures municipales souterraines ont débuté récemment sur le terrain du boulevard du Plateau qui doit accueillir le futur complexe.
Des travaux permettant l’aménagement des infrastructures municipales souterraines ont débuté récemment sur le terrain du boulevard du Plateau qui doit accueillir le futur complexe.

Quatre nouvelles options pour le multiglaces de l’ouest de Gatineau

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La Ville de Gatineau se rend officiellement à l’évidence que le secteur privé n’est pas intéressé par sa stratégie adoptée en 2018 pour la construction et la gestion du futur complexe multiglaces dans l’ouest. Le conseil n’a finalement pas d’autre choix que de revenir à une formule plus traditionnelle où elle devra elle-même assumer tous les coûts de construction. De nouveaux scénarios seront publiquement présentés au conseil en comité plénier, ce mardi.

La conseillère Louise Boudrias a confirmé au Droit que quatre différentes options seront soumises aux élus. «Le nombre de glaces varie d’un scénario à l’autre et les installations pourraient accueillir différentes vocations, comme peut-être une palestre ou d’autres sports», a-t-elle précisé. L’analyse des coûts et le choix du mode de gestion associé à ces différents scénarios restent encore à déterminer, ajoute-t-elle. Plus de détails devraient être présentés au comité exécutif en juin prochain.

La conseillère Louise-Boudrias

«Je me demande encore pourquoi ç’a été aussi long, lance Mme Boudrias. On savait juste avant la pandémie que le privé n’était pas intéressé. Les besoins dans le secteur Aylmer, on les connaît. Les projections démographiques à Aylmer, ce n’est rien de nouveau. On a fait un premier appel d’intérêt en 2017. Nous sommes en 2021 et on fait encore des analyses. Je me demande bien quand aura lieu la première pelletée de terre de ce projet.»

Dans les faits, elle a en quelque sorte déjà eu lieu. Des travaux permettant l’aménagement des infrastructures municipales souterraines ont débuté récemment sur le terrain du boulevard du Plateau qui doit accueillir le futur complexe. Ce terrain situé derrière le Canadian Tire a été acheté par la Ville il y a deux ans au prix de 9,87 millions $. Quant au projet lui-même, le conseil est encore loin d’être fixé.

Des travaux permettant l’aménagement des infrastructures municipales souterraines ont débuté récemment sur le terrain du boulevard du Plateau qui doit accueillir le futur complexe.

En janvier dernier, le maire Maxime Pedneaud-Jobin précisait qu’un état de situation serait fait au conseil à la mi-février. Il affirmait à ce moment qu’un certain nombre d’options seraient mises sur la table. Il n’excluait alors aucun scénario. «On a des besoins à court terme, notamment dans l’ouest où la croissance continue, avait-il dit. Ça prend des solutions rapidement. Il faut trouver des solutions pour nos jeunes et ça presse parce qu’il y a beaucoup de pression.»

Depuis ces déclarations, la pression n’a fait que s’accentuer. L’organisme UniGym a monté le ton dans les derniers mois afin que la clientèle de l’ouest puisse elle aussi bénéficier d’infrastructures adéquates. L’Association régionale de soccer de l’Outaouais (ARSO) a aussi vu son bail à la Fonderie être résilié par la Ville en raison de travaux de décontamination et est maintenant à la recherche de solution pour continuer de desservir des milliers de sportifs.

VMSO intéressé par la gestion

Le président de Vision multisports Outaouais (VMSO), Alain Sanscartier, reconnaît que l’intérêt de son organisation pour le projet tel que proposé par la Ville dans l’ouest a été «timide». Les enjeux provoqués par la pandémie de COVID-19, comme l’augmentation des coûts de construction, n’ont rien fait pour rendre la stratégie de la Ville plus intéressante aux yeux du secteur privé.

Le président de Vision multisports Outaouais, Alain Sanscartier

«Nous avons cependant un intérêt pour être le gestionnaire du futur complexe dans l’ouest, a affirmé M. Sanscartier au Droit. Nous avons cette expertise. Nous l’avons récemment signifié à la Ville. La décision lui revient. On sait qu’il y a des besoins pour de nouvelles glaces, pour la gymnastique et pour des terrains de soccer synthétiques. Il y a des besoins pour d’autres sports aussi. La Ville n’a qu’à déterminer à quel besoin elle souhaite répondre avec son futur complexe. Nous, on pourrait assurer la gestion.»

Quatre sites pour UniGym

L’organisme UniGym étudie aussi ses options afin de se doter d’installations dignes de ce nom dans l’ouest. La firme BC2 mène actuellement une étude concernant quatre sites pouvant accueillir une future palestre de 25 000 pi2. Le mode de gestion optimal pour l’organisme est aussi en analyse. Actuellement UniGym n’est qu’un locataire responsable identifié par la Ville pour organiser la pratique de la gymnastique à Gatineau. Après avoir d’abord refusé, la Ville de Gatineau a récemment accepté de financer 50 % de l’étude.

Le président d’UniGym, Martin Bisson, précise qu’un terrain à proximité du parc Central, la future école secondaire 041 sur le boulevard du Plateau, un terrain situé près de l’école secondaire D’Arcy McGee, à l’angle du chemin Vanier et du boulevard du Plateau et le futur complexe sportif de l’ouest que va construire la Ville de Gatineau sont tous à l’étude. M. Bisson précise que les conclusions doivent être transmises à la Ville de Gatineau avant la pause estivale.