Quand iel doit se tourner vers l’anglais

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local — Le Droit
Article réservé aux abonnés
TORONTO — La langue anglaise permet aux personnes non-binaires d’utiliser un terme parapluie pour définir leur identité: they/them. En français, les pronoms neutres et inclusifs comme iels, saon, celleux tardent à s’implanter dans la culture populaire. Résultat : des francophones trans et non-binaires sont plusieurs à se tourner vers un mode de vie anglais.