Qualité de l'eau des plages: pas plus de tests pendant la canicule

Alors que des analyses de la qualité de l’eau effectuées chaque jour ont forcé la Ville d’Ottawa à procéder à trois fermetures de plages en deux jours, la Ville de Gatineau et la Commission de la capitale nationale (CCN) présentent les résultats d’échantillons prélevés beaucoup moins fréquemment.

Les citoyens qui consultaient le site Internet de la Ville de Gatineau, jeudi en fin de journée, y apprenaient que la qualité de l’eau est jugée «excellente» ou «bonne» - avec les cotes A et B - dans les trois plages municipales, situées aux parcs du Lac-Beauchamp, des Cèdres et Moussette.

Le site présentait alors des résultats fraîchement obtenus à partir des prélèvements réalisés la veille. Les résultats qui étaient affichés jusqu’à jeudi après-midi dataient du 27 juin, soit avant l’arrivée de l’importante vague de chaleur accablante dans la région.

Le service des communications de la Ville indique que des tests hebdomadaires sont effectués aux plages des parcs des Cèdres et Moussette, tandis que l’analyse est faite deux fois par semaine au lac Beauchamp. «En temps de canicule, la fréquence des prélèvements demeure la même», précise la Ville.

En cas d’eau polluée (cote D), la plage est immédiatement fermée et des tests se font chaque jour jusqu’à ce qu’une cote A, B ou C permette le retour des baigneurs. «Lors d’une fermeture, les surveillants-sauveteurs demeurent en poste afin d’éduquer les citoyens sur les risques de baignade en eau polluée», souligne la Ville.

Du côté des plages gérées par la CCN, les dernières analyses sont datées du mardi 3 juillet. Les résultats mis en ligne jeudi font tous état d’une qualité de l’eau jugée «excellente» (cote A). Les précédents échantillons qui dataient du 19 juin - deux semaines plus tôt - avaient aussi révélé que la qualité de l’eau était excellente aux plages des lacs Leamy, Meech, Philippe et La Pêche. À la CCN, on indique que la prise d’échantillons se fait en temps normal toutes les deux semaines et que cette fréquence «respecte les règlements provinciaux en vigueur» au Québec.

Sur la rive ontarienne, Santé publique Ottawa note que les prélèvements de l’eau des cinq plages municipales surveillées sont «effectués quotidiennement entre le 16 juin et le 26 août 2018, puis analysés afin de détecter la présence de la bactérie E.coli».

Alors que les plages sont particulièrement prisées en temps de canicule, la Ville d’Ottawa a procédé mercredi à la fermeture des plages Westboro et de l’île Petrie (côté rivière) en raison d’un taux de bactéries E. coli trop élevé. Jeudi, la situation s’était résorbée à ces deux plages, mais la plage Britannia a été à son tour visée par une interdiction de baignade en raison d’un taux d’E. coli supérieur «au niveau de sécurité provincial».