L’auteur de propos diffamatoires à l’endroit de deux élus de la Municipalité de Cantley a dit ressentir «de profonds regrets», et a présenté ses «excuses les plus sincères» concernant des commentaires inappropriés qu’il a publiés l’été dernier sur Facebook.
L’auteur de propos diffamatoires à l’endroit de deux élus de la Municipalité de Cantley a dit ressentir «de profonds regrets», et a présenté ses «excuses les plus sincères» concernant des commentaires inappropriés qu’il a publiés l’été dernier sur Facebook.

Propos diffamatoires à Cantley: l’auteur présente ses excuses

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
L’auteur de propos diffamatoires à l’endroit de deux élus de la Municipalité de Cantley a dit ressentir «de profonds regrets», et a présenté ses «excuses les plus sincères» concernant des commentaires inappropriés qu’il a publiés l’été dernier sur Facebook.

La Municipalité a publié mercredi la lettre d’excuses de l’individu, qui a requis l’anonymat. Ce dernier s’était réfugié derrière un faux profil pour publier ses propos.

«Mon geste était irréfléchi et inacceptable. Encore aujourd’hui, je ne comprends pas pourquoi j’ai agi de la sorte. Cette période de l’année n’a pas été facile pour moi en raison de changements majeurs dans ma vie qui m’ont apporté beaucoup d’anxiété et d’angoisse. Loin de moi l’idée de minimiser mon geste, je n’étais pas dans mon état habituel», a écrit l’individu.

L’homme a donc présenté ses excuses à la Municipalité de Cantley et aux conseillers municipaux, en particulier envers Louis Simon Joanisse et d’Aimé Sabourin. Il avait notamment accusé ces derniers de «toujours [être] en train de magouiller dans le dos des élus et [de la] mairesse». 

«Je suis vraiment désolé si cela a pu causer quelconque préjudice auprès de la Municipalité, des élus et de leur entourage. Je suis conscient que j’ai agi de façon irresponsable et tiens à préciser que les allégations que j’ai tenues sont sans fondement. Je n’avais pas conscience de l’ampleur et la gravité de mes actions. Un geste qui n’a pas sa place sur les réseaux sociaux et que je regrette énormément», a continué l’auteur, qui avait prétendu être la fille d’un ancien directeur général de Cantley.

La Municipalité de Cantley a indiqué avoir récupéré toutes les dépenses liées à la recherche de la personne ayant émis les propos.

Une première somme de 1500 $ avait été accordée à une firme pour faire les recherches, mais la compagnie avait échoué dans sa tentative de l’identifier. Les élus avaient par la suite voté pour débloquer jusqu’à 6000 $ pour soutenir les efforts visant à trouver l’auteur des commentaires.