Une partie du terrain du projet Destination Vanier dans le secteur du Plateau, à Gatineau.
Une partie du terrain du projet Destination Vanier dans le secteur du Plateau, à Gatineau.

Projet Destination Vanier: les citoyens consultés

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Une soirée portes ouvertes jeudi a donné l’occasion aux citoyens du Plateau à Gatineau de mieux se familiariser avec le projet Destination Vanier et de soumettre des suggestions au promoteur pour des modifications potentielles à l’aménagement du vaste complexe immobilier mixte qui doit voir le jour dans l’ouest du quartier.

Le projet de développement de BBL Construction est situé à l’angle du boulevard des Allumettières et du chemin Vanier.

Le promoteur prévoit la construction de complexes d’habitation, de commerces de proximité, de bureaux d’affaires et d’un espace pour le club de gymnastique Unigym.

Le projet dont les travaux pourraient commencer cet été et s’échelonner sur une dizaine d’années intégrera « les meilleures pratiques environnementales, écoénergétiques et durables » avec notamment des toits blancs, la plantation de plus de 300 arbres et l’utilisation de matériaux régionaux.

« Nous visons (avec cette session d’information) à recueillir les commentaires qui vont peut-être influencer notre projet », a indiqué le président de BBL Construction, Sylvain Bertrand.

Soirée de consultation au projet Destination Vanier, à Gatineau.

« Les deux premières phases (quatre bâtiments commerciaux d’un étage et une tour d’habitation de dix étages) de notre projet sont prêtes. Avec le temps, si on décide d’intégrer une piscine, si on décide de changer la vocation de certains bâtiments qui sont justes à l’étape initiale de notre projet, c’est encore le temps de le faire », a-t-il continué.

C’était la première séance de consultation avec le public alors que le projet est en préparation depuis plus de quatre ans.

Un vote au conseil de ville pour reporter le projet afin de permettre aux citoyens d’être consultés avait été défait en octobre dernier.

Le président de l’Association des résidents du parc Champlain, Darquis Gagné, a profité de l’occasion pour exprimer le souhait que les citoyens et les associations de quartiers soient consultés beaucoup plus tôt lorsque des projets immobiliers, comme celui de Destination Vanier, sont discutés entre les promoteurs et les autorités municipales.

« C’est difficile pour nous d’accepter que des projets qui sont développés et discutés avec la ville par des promoteurs qui n’habitent dans le quartier soient développés et conçus sans aucune implication des associations de quartiers. On n’a pas le mandat de s’opposer à des projets, et on n’a pas ce pouvoir, mais nous restons ici. L’Association des résidents du parc Champlain existe depuis 52 ans, et on sera encore là quand ce sera terminé. C’est nous qui vivons dans et autour de ces projets. On en subit les avantages, mais aussi les inconvénients », a expliqué M. Gagné.

Soirée de consultation au projet Destination Vanier, à Gatineau.

La présidente de l’Association des résidents du Plateau, Bettyna Bélizaire, a indiqué que les citoyens se questionnent sur le flot de circulation additionnel que le projet Destination Vanier pourrait apporter.

« Le Plateau se développe très vite, et les voies de circulation restent les mêmes alors que la population a augmenté. Immédiatement, les problèmes d’embouteillage ne seront pas améliorés. À la longue, par contre, on voit qu’il y a une certaine planification faite autour de cela », a-t-elle partagé.

Martin Dandeneault, un résident du quartier, n’est pas convaincu de la pertinence du projet, notamment en raison du nombre de commerces que comptera Destination Vanier.

« Les habitations viendront plus tard, mais pour l’instant, c’est du commercial. Les clients viendront d’un peu partout en voiture. Le chemin Vanier est rendu tellement congestionné. La circulation est difficile. La ville est en retard dans le développement de ses routes. Ça ne m’impressionne pas », a-t-il entre autres élaboré.

M. Bertrand a tenu à souligner que pour qu’un projet réussisse, il doit intégrer autant l’aspect écologique que l’aspect commercial.

« Il faut trouver le bel équilibre entre les deux, et le projet qu’on présente atteint cet équilibre, selon nous », a-t-il mentionné.