«Des magasins comme Costco ou Wal-Mart sont sur le Web, on les voit dans les achats en ligne. Je ne crois pas que Sears en faisait autant.»

«Prévisible», dit la Chambre de commerce

Au-delà des pertes d'emplois «dramatiques» découlant de la fermeture annoncée du magasin Sears des Galeries de Hull, la situation était tout de même «prévisible», croit le président de la Chambre de commerce de Gatineau, Jean-Claude Des Rosiers.
«Prévisible», dit-il, puisque l'entreprise ne s'est pas adaptée au marché, chamboulé par l'achat en ligne et le positionnement d'autres chaines, qui se renouvellent constamment.
«Nous en avons parlé ce matin (jeudi) quand nous avons appris la nouvelle, dit M. Des Rosiers. Ce qui en ressort est que cette fermeture démontre que les grandes chaînes doivent s'actualiser. On voit de bons exemples avec les magasins Simons (Gatineau et Ottawa) et Nordstrom. La déco, le look... L'offre est plus alléchante.»
Selon M. Des Rosiers, la clientèle des Sears du pays a fléchi parce qu'elle a failli, justement, à «s'actualiser».
«Des magasins comme Costco ou Wal-Mart sont sur le Web, on les voit dans les achats en ligne. Je ne crois pas que Sears en faisait autant.»
M. Des Rosiers remarque que la configuration même des magasins n'a été que peu refaite au fil des ans.
«Maintenant, conclut-il, la balle est dans le camp des Galeries de Hull. C'est une belle occasion pour le centre commercial d'aller chercher une autre grosse chaîne qui saura s'adapter au marché.»
«Triste nouvelle» pour Hull
La députée de Hull, Maryse Gaudreault, a appris avec une «grande tristesse» la fermeture du magasin Sears des Galeries de Hull. «C'est triste pour les Galeries de Hull et aussi pour les pertes d'emplois, a-t-elle réagi. J'espère que les personnes qui étaient à l'emploi de Sears pourront se retrouver du travail ailleurs.»
Mme Gaudreault a rappelé que le magasin de deux étages faisait partie du paysage hullois depuis fort longtemps. «Pour les gens de ma génération, je pense qu'on a tous grandi avec Sears, a-t-elle dit. Il n'y avait pas, à l'époque, toutes les grandes surfaces que l'on connaît aujourd'hui, et il n'y avait surtout pas le commerce en ligne, alors c'était vraiment un endroit où on allait souvent chercher tout ce dont on avait besoin pour la famille, pour la maison, donc c'est une institution, une pièce importante de l'écosystème du commerce de détail qui quitte la région.»
La conseillère du district Saint-Raymond-Parc-de-la-Montagne, Louise Boudrias, qualifie elle aussi cette fermeture de «triste nouvelle», tant pour les employés que pour les Galeries de Hull. «On travaille beaucoup sur la revitalisation du boulevard Saint-Joseph, a-t-elle mentionné. Il y a énormément de surface à remplacer. Est-ce qu'on va être capable de le faire? Comment on va faire pour trouver des entreprises intéressées à occuper cet espace-là? [...] C'est triste, par contre c'est une réalité qu'il faut toujours innover dans le commerce de détail car la compétition est forte, alors on va espérer. Je sais que la nouvelle direction générale des Galeries de Hull est très dynamique.» - Justine Mercier, Le Droit