Près de la moitié des Ontariens ont exprimé leur inquiétude face à l’arrivée des factures et leur regret pour le montant dépensé pour leurs achats du temps des Fêtes.

Près de la moitié des Ontariens regrettent leurs achats des Fêtes

Pour plusieurs, le temps des Fêtes est une période de paix et d’amour. Pour d’autres, c‘est plutôt signe de dépenses et d’achats compulsifs.

Un sondage mené auprès de 2154 résidents de l’Ontario souligne que près de la moitié d’entre eux regrettent leurs achats du temps des Fêtes.

Près de la moitié des Ontariens sondés (46 %) ont exprimé leur inquiétude face à l’arrivée des factures et leur regret pour le montant dépensé.

L’enquête met aussi en lumière certaines des mauvaises habitudes financières exacerbées par la saison des achats des Fêtes. Alors que 16 % des répondants admettent avoir été attirés par les soldes d’Après-Noël, près d’un sur dix (8 %) a déclaré avoir acheté quelque chose à crédit qui ne nécessite aucun paiement pendant une certaine période de temps.

Selon le syndic autorisé en insolvabilité chez MNP LTD, John Haralovich, «les soldes et les offres “achetez maintenant, payez plus tard” sont partout en cette période de l’année. Mais la réalité est que si vous finissez par avoir une bonne affaire au Boxing Day à crédit, cela ne sera finalement pas une si bonne affaire après tout. On pourrait être tenté de trop dépenser avec nos cartes de crédit ou même d’emprunter de l’argent. Les intérêts extrêmement élevés sur ce type de crédit les rendent très difficiles à rembourser et peuvent entraîner un important cycle de dette.»

Deux Ontariens sur dix admettent ne payer que le solde minimum de leur carte de crédit ou de leur marge de crédit. Environ 13 % des Ontariens déclarent avoir effectué un achat important à crédit sans le payer immédiatement. Environ le même nombre (15 %) déclarent avoir emprunté de l’argent qu’ils ne peuvent pas se permettre de rembourser rapidement. Près d’un sur dix (7 %) admet même avoir utilisé sa marge de crédit sur valeur nette pour acheter des objets qu’il souhaite, mais dont il n’a pas besoin.

À compter du mois de janvier, les Ontariens et les Ontariennes prévoient ressentir les contrecoups d’une crise de crédit. Cependant, 44 % ont déclaré vouloir adopter une résolution du Nouvel An pour remettre leurs finances en ordre.

+

DÉÇU DE SON CADEAU, IL APPELLE LA POLICE

N’ayant visiblement pas apprécié que le père Noël ait déposé un pantalon de neige en dessous du sapin, l’enfant a demandé l’aide de la Police provinciale de l’Ontario (PPO) en début de soirée mardi.

Le sergent de la PPO, Kerry Schmidt, a partagé l’incident sur son compte Twitter.