Si l'ouverture d'une mine de zinc devait se concrétiser dans le Pontiac, on parlerait de 200 à 250 nouveaux emplois à temps plein avec un salaire de base moyen de 80 000 $, selon le président et chef de la direction de Sphinx Resources, Normand Champigny.

Pontiac : en quête de renaissance

Les résultats obtenus par Sphinx Resources dans sa prospection minière du Pontiac laissent place à l'optimisme, mais rien n'est plus incertain que l'ouverture d'une mine. Pourtant, les regards sont tournés vers ces recherches de gisements de zinc et de palladium.
Si l'ouverture d'une mine de zinc devait se concrétiser dans le Pontiac, on parlerait de 200 à 250 nouveaux emplois à temps plein avec un salaire de base moyen de 80 000 $, selon le président et chef de la direction de Sphinx Resources, Normand Champigny. De quoi faire rêver une région qui subit un ralentissement économique important depuis quelques années.
« C'est un espoir pour nous autres, c'est une chance. C'est pour ça qu'on est content de les accueillir et de voir tous les forages qu'ils font. On est encouragés », résume le maire de l'Île-du-Grand-Calumet, Jean-Louis Corriveau, où se déroulent les principales activités d'exploration minière de Sphinx dans le Pontiac.
Selon M. Champigny, le zinc s'avère la ressource qui présente le meilleur potentiel d'exploitation jusqu'à maintenant. Comme le palladium - qui est également la cible d'explorations par Sphinx -, il s'agit d'un métal dont la valeur a augmenté au cours des dernières années en raison de la demande croissante et le faible nombre de nouvelles mines ouvertes à travers le monde.
« On a toujours dit qu'il y avait une chance sur 1000 que l'on trouve une mine et que ça prenait au moins 10 ans. Trois ans plus tard, c'est sûr que la probabilité a augmenté, explique Normand Champigny. [Pour le zinc], on sait que les mines se retrouvent en grappes, on va travailler très fort pour valoriser le potentiel du secteur et trouver une, voire plusieurs mines. »
Le président de Ressources Sphinx, Normand Champigny
Les leaders régionaux refusent toutefois d'attendre les bras croisés que Sphinx confirme la découverte d'un gisement. Les initiatives afin d'attirer de nouveaux investissements dans le Pontiac se multiplient depuis quelques mois. La création d'un groupe tactique d'intervention fait partie du lot.
« Lorsqu'il y a des projets de développement économique dans la région, on peut mettre ensemble les intervenants des différents paliers de gouvernement pour avoir un one-stop shop pour les entrepreneurs qui ont des projets, mais aussi pour aider à faire du démarchage », explique le député provincial, André Fortin.
Penser différemment
« Le potentiel du Pontiac a été méconnu pendant 25 ans. On s'est basé sur une économie forestière et d'agriculture, affirme le préfet de la MRC de Pontiac, Raymond Durocher. C'est un giron dans lequel on était confortable, mais il faut sortir de cette zone de confort et explorer ailleurs. »
Le député Fortin partage l'opinion que la diversification de l'économie du Pontiac est essentielle pour ne pas revivre ce qui s'est produit lorsque l'industrie forestière a posé un genou au sol il y a une dizaine d'années. Il mise grandement l'appui aux petites et moyennes entreprises pour donner un nouvel élan au Pontiac.
Le projet de la minière Sphinx Resources est synonyme de progrès et de création d'emplois pour la population du Pontiac.
Sa prédécesseure et candidate à la préfecture de la MRC, Charlotte L'Écuyer, souhaite se concentrer sur le tourisme pour relancer l'économie locale. Elle estime qu'il y a de nombreux attraits méconnus dans le Pontiac et qu'il faut les faire connaître à l'extérieur de la région. 
Le championnat canadien de courses de chiens (Bristol Dryland) en est un exemple, dit Mme L'Écuyer. Organisé depuis quelques années déjà, il attire désormais des participants de près d'une vingtaine de pays.
« Quand je vois tout ce qu'on a dans le Pontiac, je me dis qu'il n'y a aucune raison qu'on n'atteigne pas notre potentiel maximal en termes de tourisme », souligne Charlotte L'Écuyer.
Avec un budget de promotion somme toute limité, Tourisme Pontiac cible ses campagnes pour rejoindre notamment les amateurs de plein air, une force de la région. 
Selon la commissaire au développement de Tourisme Pontiac, Émilie Chazelas, il faudrait toutefois augmenter le budget de l'organisme pour lancer des campagnes auprès du public en général. Elle estime cependant que ces fonds supplémentaires viendront au fur et à mesure que l'économie du Pontiac reprendra du poil de la bête.
Le Pontiac, en chiffres
Population totale: 14 062 habitants
0 à 44 ans: 6 171 habitants (44%)
45 ans et plus: 7 891 habitants (56%)
Taux d'emploi dans la population de 25 à 64 ans (2015): 63,3%
Revenu d'emploi médian des travailleurs de 25 à 64 ans (2015): 32 556$
Valeur foncière moyenne des maisons unifamiliales (2017): 141 162 $
* Source : Institut de la statistique du Québec