Le préfet de la MRC de Pontiac, Raymond Durocher, a décidé d'appuer les revedications du regroupement citoyen « La Voix du Pontiac ».

Pontiac dénonce la centralisation des soins de santé

« Dans une tour d'ivoire, loin des défis, on ne voit pas grand-chose. » Le préfet de la MRC de Pontiac, Raymond Durocher, a utilisé cette image pour dénoncer la centralisation des soins de santé en Outaouais, jeudi matin.
Un regroupement citoyen nommé « La Voix du Pontiac » avait convié les médias pour lancer un cri du coeur sur la réalité de la ruralité.
D'abord une simple page Facebook visant à dénoncer l'ajout de frais de stationnement dans le Pontiac, ce forum est devenu une plateforme où les citoyens partagent leurs histoires de perte de services de proximité.
« Ç'a été un déclencheur, une prise de conscience », affirme la porte-parole du groupe, Josey Bouchard.
Le préfet du Pontiac a décidé d'appuyer la revendication du groupe après avoir consulté les 18 maires de la MRC. Il estime que la source des problèmes dénoncés est le rapatriement de cadres en milieu urbain. Depuis, il soutient que la communication est devenue un véritable « ping pong » avec les dirigeants du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) pour faire valoir les préoccupations du milieu.
« Ils nous écoutent, mais à part nous écouter, on n'a pas de réponse », soutient M. Durocher.
« Ce sont des gens qui travaillaient chez nous, ils étaient dans le milieu [...], ils siégeaient sur le conseil d'administration d'organismes locaux, on les voyait dans nos arénas. Ils participaient à la vie collective », ajoute le préfet de la MRC de Pontiac.
Une simple prise de sang
Le groupe « La Voix du Pontiac » a recensé de nombreux exemples de soins autrefois disponibles localement qui sont maintenant offerts seulement à Gatineau. Les chirurgies pour les cataractes, par exemple.
Avec les débats entourant les laboratoires centralisés, Raymond Durocher a soulevé la crainte de devoir se déplacer pour quelque chose d'aussi banal qu'une prise de sang.
Des patients qui ont besoin d'hémodialyse doivent dans certains cas se déplacer plusieurs fois par mois, alors que la communauté s'est mobilisée dans les dernières années pour acheter l'équipement nécessaire.
« Il semblerait qu'ils n'ont pas les locaux ou qu'ils n'ont pas les sous pour l'aménagement. Mais la machine est achetée », affirme le préfet.
Les maires de la MRC de Pontiac ont d'ailleurs demandé une rencontre avec la direction du CISSSO et ils souhaitent en profiter pour organiser une visite des installations médicales locales.
« On ne se déplacera pas en ville, ils vont venir nous parler ici », tranche Raymond Durocher.