Des vigiles auront lieu ce vendredi à Ottawa et à Gatineau en mémoire des 14 jeunes femmes assassinées à l’École Polytechnique de Montréal il y a 30 ans et pour dénoncer les actes de violence contre les femmes.

Polytechnique: des vigiles à Ottawa et à Gatineau

Des vigiles auront lieu ce vendredi à Ottawa et à Gatineau en mémoire des 14 jeunes femmes assassinées à l’École Polytechnique de Montréal il y a 30 ans et pour dénoncer les actes de violence contre les femmes.

Comme chaque année dans le cadre de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, il y aura une vigile à 18 h au Monument des femmes au parc Minto à Ottawa.

Le 6 décembre 1989, Marc Lépine avait ouvert le feu contre des femmes à l’École Polytechnique, une violence sexiste dirigée intentionnellement contre les femmes, souligne la Maison Unies-Vers-Femmes, qui vient en aide et héberge les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants.

Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault, Annie Turcotte et Barbara Klucznik-Widajewicz ont été tuées lors de la fusillade qui a secoué tout le Canada.

À Gatineau, le Comité vigile de l’Outaouais tient un rassemblement à midi devant le monument Jeannine Boissonneault au parc Mémoire d’Elles. La Maison Unies-Vers-Femmes organise une marche de dénonciation sur le boulevard Gréber avant la vigile. L’organisme signale qu’encore en 2019 plusieurs femmes sont tuées par leur conjoint ou ex-conjoint à la suite de violence conjugale.

L’Université d’Ottawa rendra aussi hommage aux victimes de la tuerie de l’École Polytechnique avec l’illumination d’un faisceau et une vigile dans la cour située entre le complexe STEM et le pavillon Marion. Les noms des victimes seront projetés sur la façade du complexe STEM. La veillée commémorative commence à 16 h 30.

« Nous vous invitons à y participer afin de perpétuer la mémoire des victimes et d’exprimer votre appui en faveur d’un milieu d’apprentissage sûr et égalitaire pour tous et toutes », a indiqué l’Université d’Ottawa.

Le Women’s Events Network tient au Centre national des arts à 18 h 30 un panel en lien avec l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées.