La première ministre de l’Ontario Kathleen Wynne a répondu à de nombreuses préoccupations de citoyens jeudi soir à Ottawa lors d’un town hall.

Wynne se livre aux citoyens

La violence contre les personnes âgées dans les foyers de soins, les contrecoups de la hausse du salaire minimum et des préoccupations entourant la légalisation de la marijuana ont figuré parmi les nombreux sujets soulevés par des citoyens qui ont assisté jeudi soir à Ottawa à l’assemblée publique de la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne.

« Quand l’abus contre les personnes âgées cessera-t-il ? C’est une triste situation vécue par plusieurs à Ottawa », a déploré Shirley Mosley devant la première ministre libérale, réclamant notamment l’installation de caméras dans les chambres.

Mme Wynne a indiqué que le gouvernement a accru la vigilance et a donné davantage d’outils au ministère de la Santé et des Soins de longue durée pour surveiller ce qui se passe dans les foyers. Une récente enquête du quotidien Ottawa Citizen a révélé qu’au moins 163 cas d’abus et de négligence ont été dénombrés dans les 27 foyers de soins de longue durée de la capitale depuis 2012. Des personnes sont mortes en raison de normes non respectées.

« Je suis d’accord avec vous que davantage de travail doit être fait. Nous devons nous assurer que tous les systèmes de contrôle appropriés sont en place pour nous permettre de surveiller et de nous assurer que les personnes vulnérables ne sont pas laissées seules, et qu’elles ne sont pas physiquement vulnérables dans leur milieu de vie », a répondu Mme Wynne, suggérant à Mme Mosley, 76 ans, et aux organisations de personnes âgées d’aider le gouvernement à mettre en place les politiques appropriées.

« Il y a un examen en cours pour déterminer ce qu’on peut faire dans les foyers de soins de longue durée pour s’assurer que les systèmes de contrôles sont en place », a d’ailleurs signalé la première ministre.

Quelque 300 personnes ont assisté à l’assemblée publique, et certaines d’entre elles étaient plutôt hostiles envers la première ministre et les politiques de son gouvernement.

Kathleen Wynne a continué de défendre la hausse du salaire minimum à 14 $ l’heure après que des personnes lui eurent rappelé que des entreprises ont sabré dans les heures de travail et les avantages aux employés, ou ont carrément mis la clef sous la porte. 

« C’est toujours un sérieux problème lorsque des gens perdent leur emploi. Je comprends ça. Toutefois, il y a beaucoup d’éléments de preuve qui indiquent que la société est plus forte et que la santé économique est meilleure lorsque les gens qui reçoivent un salaire permettant de vivre », a justifié la première ministre ontarienne.

Quant au cannabis, la cheffe libérale a signalé que les campagnes d’éducation sur la consommation du cannabis seront importantes, autant auprès des jeunes que des parents. 

Elle a rappelé que l’une des raisons de la légalisation du pot vise à couper l’herbe sous le pied au marché noir.

« Vos enfants peuvent obtenir de la marijuana sur la rue actuellement. C’est la triste réalité. Nous devons nous assurer que nos rues sont plus sécuritaires », a-t-elle partagé.

English !

Une seule question a été posée en français durant les quelque 75 minutes qu’a duré le town hall. Elle venait d’un homme qui a pris le temps de féliciter le gouvernement provincial pour son projet de loi assurant la protection des services en français à Ottawa et pour l’Université de l’Ontario français qui doit voir le jour à Toronto. 

Lorsque l’homme a demandé à Mme Wynne ce que son gouvernement prévoyait faire pour atteindre son objectif d’un poids démographique francophone de 5 %, un autre homme dans l’auditoire a crié « ENGLISH ! ».

Mme Wynne a donné sa réponse dans les deux langues officielles. 

« Pour moi, c’est très important de s’assurer que notre francophonie est forte parce que quand la francophonie est forte, l’Ontario est plus forte », a souligné Mme Wynne, précisant que l’immigration francophone fait partie des discussions avec le fédéral.

« Avoir l’université francophone est une partie très importante pour créer un environnement accueillant », a aussi précisé Mme Wynne.

« Vous avez fait l’effort d’apprendre le français, contrairement à beaucoup d’autres ici, et moi j’apprécie », a lancé son interlocuteur. 

Les élections provinciales en Ontario ont lieu au mois de juin. Mme Wynne a tenu des assemblées publiques semblables à Toronto et Brampton en novembre et décembre dernier.