Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Doug Ford, premier ministre ontarien
Doug Ford, premier ministre ontarien

Vers des jours de congés maladie payés en Ontario?

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local — Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le gouvernement de Doug Ford s’y oppose avec acharnement depuis le début de la pandémie, mais mardi, deux ministres ont subtilement ouvert la porte à des congés de maladie payés en Ontario. 

Une grande partie de la transmission de la COVID-19 dans les points chauds de la province survient au sein de lieux de travail où les employés atteints du virus vont travailler parce qu’ils ne reçoivent pas de congés payés quand ils sont malades.

En Ontario, plusieurs travailleurs n’ont pas droit à ces congés, et bon nombre d’entre eux ne sont pas éligibles au programme fédéral, soit la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE). 

Demandes répétées

Jusqu’à présent, pour justifier son refus systématique de mettre en place sa propre stratégie de congés de maladie payés, le gouvernement Ford répète que le gouvernement fédéral offre déjà un programme qu’il juge convenable. 

Mais les demandes répétées de l’opposition à Queen’s Park et des experts de la santé publique pour des congés de maladie payés se multiplient depuis le début de la pandémie, et particulièrement depuis l’arrivée des variants préoccupants de la COVID-19. 

«Nous étudions toutes les alternatives possibles» pour combler les lacunes de la PCMRE, a fait savoir en mêlée de presse la ministre de la Santé Christine Elliott.

«Déçus»

À Queen’s Park mardi, les progressistes-conservateurs se sont dits déçus que le programme fédéral de congés de maladie payés n’ait pas été amélioré dans le cadre du budget dévoilé par le gouvernement Trudeau, la veille.

Le ministre du Travail Monte McNaughton a lui aussi confirmé en mêlée de presse que l’Ontario pourrait intervenir dans le dossier des congés de maladie payés, en raison de l’absence d’une bonification de la PCMRE. 

Christine Elliott, ministre de la Santé

C’est la première fois depuis le début de la pandémie que le gouvernement ontarien sous-entend qu’il pourrait offrir un soutien aux travailleurs qui doivent prendre congé lorsqu’ils sont malades.  

Néanmoins, les ministres n’ont offert aucun détail de plus.

On ne sait donc pas si le gouvernement mettra en place son propre programme de congés de maladie payés, ou s’il forcera les entreprises à payer leurs employés qui doivent prendre congé quand ils sont malades. 

«Nous allons utiliser chaque outil de la boîte», s’est contenté de dire le ministre McNaughton. 

Le premier ministre ontarien Doug Ford n’a pas été vu publiquement depuis vendredi dernier, et il n’a pas fait acte de présence à Queen’s Park, ni lundi, ni mardi. 

Les bureaux de santé agissent

En l’absence de mesures de la part du gouvernement provincial, les médecins hygiénistes en chef des régions de Peel et de Toronto ont ordonné la fermeture pendant 10 jours des lieux de travail où cinq employés ou plus ont reçu un diagnostic de COVID-19.

Cette nouvelle consigne émanant des régions de Peel et de Toronto doit entrer en vigueur vendredi et force toute entreprise ayant eu cinq infections ou plus au cours des deux dernières semaines à rester fermée pendant dix jours. 

Les lieux de travail essentiels comme les hôpitaux, garderies, pharmacies et les épiceries seront exemptés. 

Les médecins hygiénistes en chef ont le pouvoir de mettre en place ces mesures en vertu de la section 22 de la Loi provinciale sur la protection et la promotion de la santé.