Stéphanie Vallée ignore encore ce que l’avenir lui réserve.

Vallée dit non à la politique municipale

Stéphanie Vallée ignore encore ce que l’avenir lui réserve. Si elle n’exclut pas de revenir un jour en politique active, la ministre responsable de l’Outaouais écarte toutefois d’ores et déjà toute incursion sur la scène politique municipale.

La députée de Gatineau a dû confirmer, mercredi, son départ de la politique active au terme du présent mandat après que La Presse canadienne eut révélé l’information. Le premier ministre était déjà au courant, sa famille immédiate aussi, mais d’autres, comme sa grand-mère centenaire, l’ont appris dans les médias.

« On prévoyait faire l’investiture en juin ou en juillet, donc j’aurais probablement fait l’annonce à la fin de la session [parlementaire] », a-t-elle confié jeudi.

Élue pour la première fois en 2007, celle qui occupe le poste de ministre de la Justice depuis 2014 a répété, jeudi à Gatineau, ce qu’elle avait expliqué la veille à Québec : sa décision de partir est strictement liée à des motifs personnels et familiaux, afin de pouvoir entre autres consacrer plus de temps à ses deux enfants, âgés de 18 et 20 ans.

« Ce n’est pas plus compliqué que ça, dit-elle. Je sais que c’est cliché, mais c’est ça. J’ai envie d’être avec mon monde. […] Mes proches ont fait beaucoup de sacrifices pour me permettre de faire ce bout de chemin là en politique active, et la moindre des choses, c’est que je puisse leur donner du temps de qualité maintenant. Pas dans 20 ans. »

L’avenir
Avocate de formation, Stéphanie Vallée n’écarte pas de retourner un jour à la pratique, elle qui a évolué tant en droit civil qu’en droit criminel à Maniwaki avant de se lancer en politique. Mais la ministre n’est pas prête encore à se poser « ces questions-là » sur son avenir.

« Je n’en suis pas là, je suis vraiment à temps plein dans mes dossiers », affirme-t-elle.

Un éventuel retour en politique est-il possible ? « Je ne l’exclus pas », répond Mme Vallée.

Mais si jamais ce jour arrive, elle sait déjà que ce ne sera pas au niveau municipal. « Je ne suis pas intéressée » à ça, dit-elle, en précisant qu’elle aime toutefois s’informer sur ce qui se passe sur la scène politique locale.

« Je suis politisée, j’ai une opinion, j’ai des convictions, […] mais je n’ai jamais été portée vers la politique municipale. »

Alors qu’elle a parfois vécu des moments plus difficiles sous les projecteurs, Stéphanie Vallée confie qu’elle va quand même, « en quelque part », s’ennuyer des médias.

« Ça fait partie de la job, même si parfois, comme dans tout travail, il y a des moments qui sont plus intenses [...]. Il y a un rythme dans cette vie-là qui est quand même extrêmement stimulant, et ça, c’est clair que ça va me manquer. »