Le chef du Parti progressiste-conservateur, Blaine Higgs, refuse de s'avouer vaincu face à ses opposants libéraux.

Une victoire libérale confirmée au Nouveau-Brunswick

SAINT-JEAN, N.-B. — Un juge du Nouveau-Brunswick a confirmé la mince victoire des libéraux après un dépouillement judiciaire dans une circonscription de Saint-Jean, mais de nouvelles contestations juridiques sont encore possibles.

Ce dépouillement signifie que les résultats des élections provinciales du 24 septembre restent à 22 sièges pour les progressistes-conservateurs et à 21 pour les libéraux.

Un porte-parole du directeur général des élections a déclaré que le processus dans Saint-Jean-Havre, qui s’est déroulé devant la Cour du Banc de la Reine, a conclu que les libéraux bénéficiaient toujours d’une marge victorieuse de 10 voix.

Toutefois, un avocat du candidat progressiste-conservateur a allégué qu’une quarantaine d’électeurs ont voté deux fois. Il a ajouté qu’il pourrait déposer de nouveau une requête auprès du tribunal afin que les résultats soient annulés au début de la semaine prochaine.

Les dépouillements se poursuivaient également devant un tribunal de Moncton pour revoir deux résultats contestés. Le Parti vert a remporté une victoire par 11 voix dans la circonscription de Memramcook-Tantramar et le Parti conservateur a gagné par 93 votes dans Oromocto-Lincoln-Fredericton.

Aucun parti ne profite de la majorité. Les libéraux disent envisager de tenir un discours du Trône dans un peu plus de deux semaines, alors que les conservateurs continuent à demander au premier ministre Brian Gallant de démissionner et de permettre au chef conservateur Blaine Higgs de former un gouvernement.

Le Parti vert et le parti de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick ont chacun trois sièges au sein de l’assemblée.