En collaboration avec les ministères, le BCP a établi que le gouvernement libéral était « en voie » de livrer 218 engagements.

Un site web pour suivre les progrès des promesses libérales

Des 364 missions confiées par Justin Trudeau à ses ministres, 67 ont été « complétées totalement » ou « complétées modifiées » et trois ne sont « plus envisagées ». D’autres, comme la promesse d’équilibrer le budget en 2019-2020, sont « en cours - avec défis ».

C’est le portrait qu’a brossé mardi le Bureau du conseil privé (BCP), le ministère du premier ministre, au jour du lancement d’un site web visant à rendre compte des progrès du gouvernement libéral, qui vient de franchir le cap de la mi-mandat.

En collaboration avec les ministères, le BCP a par ailleurs établi que le gouvernement était « en voie » de livrer 218 engagements – ce qui peut notamment vouloir dire qu’un projet de loi a été déposé, ou encore que la date butoir pour livrer la marchandise n’est pas arrivée.

En conférence de presse, mardi, à Ottawa, un haut fonctionnaire du BCP a reconnu que la façon d’évaluer le progrès de certains engagements des lettres de mandat ministérielles comportait une part de subjectivité et pourrait faire l’objet de discussions chez les Canadiens.

L’appréciation de l’avancement de la promesse d’atteindre l’équilibre budgétaire en 2019-2020, qui a été classée dans la catégorie « en cours – avec défis », en tout cas, a fait s’esclaffer les journalistes qui assistaient à la séance d’information technique.

Le représentant du BCP a plaidé qu’il ne fallait pas voir ce site internet comme un « bulletin de la fonction publique » à l’intention du gouvernement – le politique est, après tout, impliqué dans le processus – ou encore une « évaluation du travail des ministres ».

Les éléments y figurant ont été extraits des lettres de mandat ministérielles rédigées par Justin Trudeau à l’intention de son cabinet; il ne s’agit donc pas d’un « outil de suivi » des promesses contenues dans la plateforme électorale qui a fait élire les libéraux en 2015, a-t-il précisé.

En consultant le site www.canada.ca/resultats les Canadiens sont invités à suivre le progrès du gouvernement libéral.

On ne peut donc comparer directement avec le site web « TrudeauMètre », fruit d’une « initiative citoyenne non partisane qui suit (la) performance » du gouvernement. En date du 14 novembre, il recensait 226 promesses électorales, dont 59 « réalisées » et 36 « brisées ».

Le site du fédéral, pour sa part, illustre à quel point le gouvernement est « ouvert et transparent » et va là où « aucun autre gouvernement national » n’est allé en publiant les lettres de mandat, puis une reddition de comptes à l’aune des lettres, a argué le fonctionnaire.

Le site web doit être mis à jour aux deux ou trois semaines environ, a-t-il indiqué, en spécifiant qu’aucun argent additionnel n’a été injecté pour mener à bien ce processus qui avait cours sous les précédents gouvernements, mais derrière des portes closes.

Le haut fonctionnaire du BCP a d’autre part signalé mardi qu’il n’était pas prévu d’enchâsser la pratique dans une loi. L’exercice n’est donc pas contraignant ni pour le gouvernement libéral ni pour les prochains gouvernements à Ottawa.

Par voie de communiqué, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que son gouvernement souhaite « que les Canadiens connaissent notre rendement avec précision et qu’ils nous aident à faire progresser les dossiers qui leur importent le plus ».

Cette démarche semble s’inspirer de la philosophie de « deliverology » à laquelle le cabinet libéral a été initié par Sir Michael Barber, un Britannique ayant oeuvré au début des années 2000 auprès de Tony Blair, l’ancien premier ministre du Royaume-Uni.