Le premier ministre Justin Trudeau en compagnie de son homologue espagnol Pedro Sanchez.

Trudeau réitère sa confiance envers l’Espagne pour régler la crise catalane

MONTRÉAL — Le premier ministre fédéral Justin Trudeau a réitéré sa confiance en la capacité du gouvernement et du peuple espagnols pour régler d’une manière qui respecte la liberté d’expression la crise liée à la question nationale en Catalogne.

M. Trudeau s’est exprimé dimanche sur la question alors qu’il rencontrait son homologue espagnol Pedro Sanchez dans la métropole québécoise.

Au cours d’une conférence de presse commune, des journalistes ont demandé à M. Trudeau s’il appuyait le droit à l’autodétermination du peuple catalan.

«De toute évidence, je reconnais qu’il s’agit d’une question interne délicate. J’ai confiance en le peuple espagnol et les gouvernements pour progresser dans le respect de la liberté d’expression, des valeurs, des droits de la personne, de la primauté du droit et de la constitution espagnole «, a déclaré M. Trudeau.

Selon lui, les gouvernements espagnol et catalan cherchent à trouver une solution. Il a dit de ne pas avoir abordé le sujet avec son homologue espagnol.

Des milliers et des milliers de militants indépendantistes catalans ont manifesté la semaine dernière à Barcelone pour célébrer l’anniversaire des manifestations ayant précédé le référendum sur l’indépendance en Catalogne.

Le 1er octobre marquera le premier anniversaire du référendum remporté par les indépendantistes. Mais, le processus démocratique a été déclaré illégal par le gouvernement central et des politiciens indépendantistes ont été emprisonnés ou empêchés de se présenter aux élections subséquentes.

Après une tentative avortée de déclaration d’indépendance, tous les partis politiques présents à l’Assemblée nationale du Québec avaient adopté à l’unanimité une résolution condamnant l’autoritarisme du gouvernement espagnol à l’égard de la Catalogne.

M. Trudeau a dit aux journalistes que «le Canada reconnaissait une Espagne unie».

Les événements en Catalogne n’ont pas non plus empêché le premier ministre canadien d’annoncer «une collaboration accrue» avec l’Espagne.

«Le Canada et l’Espagne continueront de travailler ensemble pour lutter contre les changements climatiques, promouvoir l’égalité des sexes et bâtir un monde plus pacifique et plus sûr. Ensemble, nous pouvons créer de nouveaux emplois et de nouvelles opportunités pour les gens des deux côtés de l’Atlantique», a déclaré M. Trudeau.

Égalité des sexes

Plus tôt, M. Sanchez avait eu droit aux honneurs militaires à son arrivée.

Les deux chefs de gouvernement ont discuté de l’égalité des sexes, de la sécurité, de la migration et des relations commerciales entre les deux pays, a mentionné M. Trudeau.

M. Sanchez a ajouté que la réunion était importante dans le contexte de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York cette semaine afin de «donner un message commun (...) et afin de renforcer les organisations multilatérales telles que les Nations Unies».

Il s’agissait de la première visite d’un chef de gouvernement espagnol au Canada depuis 2002, selon M. Sanchez.