Le premier ministre Justin Trudeau répondait aux questions des élèves du Collège catholique Samuel-Genest, lundi au Musée des beaux-arts du Canada.

Trudeau défend son approche sur l’environnement

La solution pour lutter contre les changements climatiques n’est pas « noir ou blanc », a affirmé le premier ministre Justin Trudeau, lundi.

Il tentait de donner une réponse à ceux qui lui reprochent de continuer à favoriser l’exploitation pétrolière, alors qu’il veut combattre les changements climatiques.

Le premier ministre répondait à des questions d’élèves du Collège catholique Samuel-Genest d’Ottawa, lundi matin, après la visite de l’exposition Anthropocène au Musée des beaux-arts du Canada, qui étale l’impact de l’empreinte humaine sur la planète.

L’un des élèves lui a demandé quelles actions avaient été prises par le gouvernement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et ainsi respecter l’engagement pris lors de la signature de l’accord de Paris sur le climat. Il a également demandé si ces actions étaient abordables pour les familles.

M. Trudeau a répondu qu’il fallait trouver une façon réaliste de gérer la transition vers une économie faible en carbone « pour qu’elle soit la plus courte possible » et qu’elle fonctionne « pour toutes les familles ».

« Parce que si les Canadiens ont à faire un choix entre la capacité de se nourrir, de s’épanouir et d’avoir des emplois pour leurs enfants ou bien l’environnement, on sait malheureusement quel choix chaque personne va faire, a-t-il dit. Et moi ce que je dis, il va falloir qu’on fasse les deux ensemble et c’est ça qu’on est en train de gérer.»

Des artistes ont reproché à M. Trudeau, alors qu’il assistait au Gala de l’ADISQ dimanche soir, d’avoir, entre autres, acheté un oléoduc au coût de 4,5 milliards $ pour assurer la survie du projet Trans Mountain.