Le premier ministre canadien, Justin Trudeau

Trudeau défend la Charte des droits et libertés

SASKATOON — Justin Trudeau a amorcé la retraite annuelle du caucus libéral, mercredi, en adoptant des accents électoraux, y compris la promesse ferme que son parti défendra toujours la Charte canadienne des droits et libertés.

En entamant la retraite de deux jours du caucus, à Saskatoon, M. Trudeau n’a pas nommé le premier ministre de l’Ontario, mais sa profession de foi a été lancée alors que le gouvernement de Doug Ford compte surseoir à l’application de la Charte en adoptant son projet de loi qui vise à réduire de près de moitié la taille du conseil municipal de Toronto.

M. Trudeau a martelé que son gouvernement « défendra toujours les droits des Canadiens et respectera toujours la Charte des droits et libertés ».

La retraite de deux jours du caucus libéral vise à élaborer la stratégie en vue de la reprise des travaux parlementaires à Ottawa la semaine prochaine. Mais les déclarations de M. Trudeau signalent aussi que les libéraux se préparent aux prochaines élections générales, dans un peu plus d’un an.

Le chef libéral a amorcé la retraite en dressant le bilan des réalisations de son gouvernement depuis son arrivée au pouvoir en 2015.

Il a ainsi soutenu que l’Allocation canadienne pour enfants avait permis à plus de 300 000 enfants de sortir de la pauvreté. Et il a estimé que les réductions d’impôt consenties à la classe moyenne et les investissements dans les infrastructures ont permis de stimuler l’économie et de pousser le taux de chômage à des niveaux « historiquement bas ».

« Il y a 500 000 Canadiens qui travaillent aujourd’hui et qui ne travaillaient pas lorsque nous avons pris le pouvoir », a soutenu M. Trudeau. « Dès le début, nous nous sommes concentrés sur des progrès réels qui font une réelle différence dans la vie des gens, et qui offrent des résultats aux Canadiens, a-t-il dit. À pareille date l’an prochain, une famille de quatre personnes de la classe moyenne touchera chaque année 2000 $ de plus qu’avant les dernières élections. »

M. Trudeau a en revanche accusé les conservateurs d’Andrew Scheer d’être « obstinément » opposés aux mesures visant à aider la classe moyenne et à lutter contre les changements climatiques, « mettant en péril l’avenir de notre planète et de nos enfants ». De plus, les conservateurs « n’ont absolument aucun plan pour développer notre économie », a soutenu le chef libéral.

« Après 10 ans de croissance lente, de hausse des inégalités de revenus et d’inaction environnementale sous Stephen Harper, ils proposent la même approche erronée. C’est tout à fait inacceptable », a lancé M. Trudeau. Le chef libéral a affirmé que les conservateurs « préfèrent diviser », exploiter les différences et « falsifier » les faits dans le but de faire oublier leur absence de vision.