Le premier ministre Justin Trudeau a cité le Québec en exemple lorsqu’il a dévoilé mardi «l’Incitatif à agir pour le climat», une compensation financière pour convaincre les électeurs du bien-fondé de la taxe sur le carbone.

Taxe sur le carbone: Trudeau se défend de vouloir acheter des votes

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau s’est défendu d’acheter des votes, mardi, en redonnant de l’argent aux citoyens des provinces qui seront touchées par la taxe sur le carbone qu’Ottawa imposera en 2019.

«Au contraire, nous amenons un prix sur la pollution parce que nous savons que c’est essentiel d’agir sur les changements climatiques, mais nous savons aussi que nous devons aider les familles à assumer les coûts sur la pollution», a-t-il répondu en conférence de presse.

Les conservateurs et les néo-démocrates ont accusé mardi le gouvernement fédéral de donner des «chèques préélectoraux» avec cette nouvelle ristourne. Les provinces comme le Québec qui ont leur propre système de réduction des GES ne seront pas touchées. L’argent généré par la bourse du carbone à laquelle a adhéré le gouvernement québécois continuera donc de s’accumuler dans le Fonds vert.

Le Québec en exemple

Le premier ministre a cité le Québec en exemple lorsqu’il a dévoilé mardi «l’Incitatif à agir pour le climat», une compensation financière pour convaincre les électeurs du bien-fondé de la taxe sur le carbone.

Les citoyens des quatre provinces récalcitrantes au plan fédéral sur le carbone, soit de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick, du Manitoba et de la Saskatchewan, recevront un montant d’argent fixe par le truchement de leur déclaration de revenus pour compenser cette taxe qui vise à réduire les émissions de gaz à effets de serre (GES). Elle sera appliquée aux achats d’essence et d’autres types de combustibles fossiles à compter du 1er avril 2019.

Les habitants des provinces plus polluantes vont recevoir plus parce qu’ils paieront davantage de taxe, selon les estimations du gouvernement. Par exemple, une famille de quatre en Saskatchewan devrait recevoir environ 600 $ pour 2019, soit près du double du montant d’une famille manitobaine. La Saskatchewan produit son électricité à partir du charbon tandis que le Manitoba produit la sienne à partir de barrages hydroélectriques.

Lors de son annonce, Justin Trudeau s’en est pris aux premiers ministres conservateurs, comme Doug Ford, qui s’opposent au plan fédéral pour réduire les émissions de carbone.  

Questionnée à savoir si Ottawa ne devrait pas dédommager le Québec pour avoir mis en place très tôt un mécanisme de plafonnement du carbone contrairement aux provinces réfractaires, la nouvelle ministre québécoise de l’Environnement, MarieChantal Chassé, s’est refusée à réclamer quoi que ce soit pour le Québec. «[L’argent] est redonné en projets pour protéger l’environnement, ce que les consommateurs désirent grandement», s’est-elle bornée à dire.