François Legault souhaite «régler» la question de la laïcité avant l’ajournement des travaux parlementaires, en juin.

Signes religieux: Legault appelle au sang-froid

QUÉBEC - Au cours des prochains mois, le gouvernement Legault va tenter d’éviter de jeter de l’huile sur le feu de la laïcité.

Députés et ministres ont été invités par le premier ministre François Legault à conserver leur sang-froid, mercredi, à la veille du dépôt très attendu du projet de loi caquiste sur les signes religieux.

Avant même qu’on en connaisse le contenu exact, le projet de loi, qui a fait l’objet de nombreuses fuites, sème la controverse.

Depuis des années au Québec, la question des signes religieux polarise l’opinion publique et tout indique que l’initiative du gouvernement Legault ne fera pas exception.

Jeudi, le débat autour de cette question délicate sera donc officiellement relancé, dès que le contenu du projet de loi piloté par le ministre Simon Jolin-Barrette sera rendu public en matinée.

Le premier ministre, qui souhaite «régler» la question avant l’ajournement des travaux parlementaires, en juin, dit espérer pouvoir éviter les dérapages et les tensions sociales d’ici là.

D’où son appel au calme lancé à ses troupes mercredi. En mêlée de presse, le premier ministre a indiqué qu’il avait demandé à ses ministres et ses députés de conserver leur flegme lors de leurs échanges sur la question, évitant surtout de se montrer «hargneux» ou «arrogants», ce qui pourrait attiser les tensions.

«J’ai bien dit à mes députés, à mes ministres, il faut garder un ton respectueux avec nos adversaires. Il faut être capables de ne pas avoir de dérapages», a commenté M. Legault.

Il exhorte donc les élus caquistes à se montrer «le moins divisifs possibles», affirmant que son objectif dans ce dossier était plutôt de se poser en «rassembleur».

M. Legault dit avoir accepté de faire des compromis, par rapport à ses positions initiales, justement pour qu’un consensus émerge et ainsi espérer «régler la question rapidement», avant les beaux jours d’été.

Compte tenu de l’ajournement des travaux prévu à la mi-juin et des deux semaines de relâche parlementaire d’ici là, peu de temps sera vraisemblablement réservé pour prendre le pouls de la population sur cette pièce législative, certainement l’une des plus importantes du gouvernement durant le présent mandat.

Mais le premier ministre se dit déjà assuré que la position défendue par son gouvernement à compter de jeudi est conforme à ce que souhaitent «la grande majorité des Québécois» soucieux d’afficher le caractère laïque de l’État québécois.

«Mon objectif avec le projet de loi sur la laïcité, c’est d’être rassembleur», a-t-il martelé, disant chercher à «rallier le plus de Québécois possible» à sa position.

Le but consiste essentiellement à interdire aux employés de l’État ayant un pouvoir de coercition (policiers, procureurs, juges, gardiens de prison) et aux enseignants du primaire et du secondaire de porter des signes religieux.

D’autres salariés de l’État pourraient aussi être visés: les directeurs d’écoles, le président de l’Assemblée nationale, les vice-présidents, sans compter les agents de la faune.

On saura jeudi si Québec accorde aux employés actuels de l’État un droit acquis - «clause grand-père» -, ce qui aurait l’inconvénient de créer deux classes d’employés gouvernementaux n’ayant pas les mêmes droits, tout en ayant l’avantage d’éviter l’odieux de congédier des gens récalcitrants à laisser à la maison leurs signes religieux.

On s’attend aussi à voir le gouvernement soustraire sa loi à toute contestation judiciaire pendant cinq ans, en invoquant la clause dérogatoire lui permettant de ne pas tenir compte des garanties constitutionnelles de liberté religieuse inscrites dans les chartes des droits, la canadienne et la québécoise.

Mardi, M. Legault avait préparé les esprits en ce sens en affirmant qu’il était tout à fait prêt à utiliser la clause dérogatoire pour protéger les valeurs québécoises.

«Je pense que c’est important quand on parle de protéger les valeurs, protéger notre langue, protéger ce qu’on a de différent au Québec, il faut être prêt à l’utiliser.»