«On va avoir des conversations entre les ministres et on reste axé sur la préoccupation que nous avons, que les Québécois ont par rapport à la pénurie de main-d'œuvre», a dit Justin Trudeau. «Mais on va vouloir travailler avec le gouvernement du Québec pour répondre à leurs préoccupations et leurs désirs aussi.»

Seuils d'immigration: Trudeau toujours préoccupé par la pénurie de main-d'œuvre

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a réitéré mercredi que son gouvernement était préoccupé par la pénurie de main-d'œuvre au Québec, alors que son ministre Dominic LeBlanc s'apprête à rencontrer la ministre Sonia LeBel pour discuter d'immigration.

«On va avoir des conversations entre les ministres et on reste axé sur la préoccupation que nous avons, que les Québécois ont par rapport à la pénurie de main-d'œuvre, a-t-il dit. Mais on va vouloir travailler avec le gouvernement du Québec pour répondre à leurs préoccupations et leurs désirs aussi.»

Des ministres fédéraux profiteront de la réunion du caucus des députés de la Coalition avenir Québec en Outaouais pour rencontrer des ministres du gouvernement Legault.

Un tête à tête pour parler des demandeurs d'asile et d'immigration est prévu entre le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, et la ministre responsable des Relations canadiennes du Québec, Sonia LeBel.

Le ministre fédéral de l'Infrastructure, François-Philippe Champagne, a confirmé qu'il doit participer à un souper informel en soirée en compagnie du ministre québécois des Transports, François Bonnardel, et de son collègue à l'Économie, Pierre Fitzgibbon. Il a préalablement rencontré M. Bonnardel.

 Liste de demandes

Le gouvernement québécois espère une aide fédérale pour mener à bien le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal et le projet de tramway à Québec.

Le premier ministre François Legault avait déjà fait part de sa liste de demandes à Ottawa il y a deux semaines lors d'une rencontre avec Justin Trudeau, à Sherbrooke.

Le gouvernement Legault espère régler la question de la baisse des seuils d'immigration ainsi que celle du test de français et de valeurs pour les nouveaux arrivants. Il veut diminuer temporairement de 20 % le nombre d'immigrants reçus au Québec dans les trois catégories, soit les immigrants économiques, les réfugiés et ceux issus de la réunification familiale. Ces deux dernières catégories sont gérées par le gouvernement fédéral.

Or, Ottawa oppose la décision du gouvernement Legault de réduire le nombre d'immigrants à la pénurie de main-d'œuvre, en laissant entendre que le moment est mal choisi. Le ministre LeBlanc avait indiqué il y a deux semaines qu'il s'agissait de la priorité de son gouvernement pour l'économie québécoise.

Québec espère également faire aboutir les négociations pour le financement de l'accueil des demandeurs d'asile qu'il évalue à 300 millions $. Ottawa a bonifié mardi l'enveloppe pour les trois provinces qui ont fait face à l'arrivée irrégulière des migrants à la frontière canado-américaine. Le gouvernement fédéral offre 114,7 millions $ au Québec, à l'Ontario et au Manitoba. Ce montant s'ajoute à l'enveloppe de 50 millions $ proposée en juin dernier. Le Québec n'avait pas accepté sa part de peur de ne pas pouvoir en recevoir plus.

Le gouvernement Legault demande aussi une déclaration de revenus unique administrée par le Québec et le versement de la compensation promise par Ottawa aux producteurs laitiers depuis la signature du nouvel ALÉNA.