La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest

Québec annonce l’indexation du programme AccèsLogis

Le gouvernement du Québec a annoncé, mardi matin, l’indexation du programme AccèsLogis afin de permettre la construction à la grandeur de la province de 15 000 nouveaux logements sociaux et abordables.

Cette nouvelle était attendue depuis des années dans le milieu du logement au Québec. Le programme n’avait pas été indexé depuis plus de dix ans, si bien que l’augmentation des coûts de construction bloquait la réalisation de nombreux projets partout au Québec. La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, vient de confirmer que les coûts de réalisation admissibles au programme sont dès maintenant majorés de 25 %, et ce pour l’ensemble des projets, même ceux qui n’ont pas encore franchi l’étape de l’engagement définitif. 

« Grâce à notre investissement majeur de 260 millions $ dans le programme AccèsLogis prévu dans le plus récent budget, nous allons corriger l’inaction du passé en donnant une impulsion au domaine de l’habitation […] qui contribuera à stabiliser le marché locatif, a affirmé la ministre par voie de communiqué. C’est un vaste chantier d’avenir que nous entreprenons pour faciliter l’accès des familles et des aînés à un milieu de vie abordable. »

Plus de 300 logements à Gatineau

L’indexation permettra à Gatineau de réaliser huit projets représentant 320 unités de logement qui demeuraient sur la glace en raison des coûts de construction trop élevés. La Ville de Gatineau, par la voix de la conseillère Renée Aymot, a salué cette annonce gouvernementale qui répond à une demande de longue date de la Ville, des organismes et des groupes de ressources techniques.

Encore du travail à faire

Le coordonnateur de Logemen’occupe, François Roy, accueille lui aussi cette nouvelle avec enthousiasme. « C’est tout à fait une bonne nouvelle qui va aider à ficeler plusieurs projets qui traînaient de la patte dans la région, a-t-il affirmé. J’espère que ça va aider à rattraper le manque à gagner. La construction de logements sociaux et abordables n’a pas du tout suivi le rythme de la demande au cours des dernières années. »

M. Roy rappelle toutefois que Gatineau avait des demandes particulières qui ont été partagées avec la ministre lors d’une de ses récentes visites dans la région. Gatineau, dit-il, a besoin d’une indexation supérieure, de l’ordre de 40 %, afin de répondre adéquatement à la réalité purement locale du marché de la construction. Mme Amyot convient qu’il « reste du travail à faire » à ce chapitre. 

« Dans une prochaine étape, la Ville de Gatineau souhaiterait que le gouvernement tienne compte de la réalité régionale en prévoyant une indexation adaptée aux coûts régionaux, a-t-elle déclaré par voie de communiqué. La situation frontalière de Gatineau et les catastrophes naturelles successives ont pour effet de gonfler de façon importante les coûts de construction en mettant une pression sur la demande. La Ville et ses partenaires s’affairent à documenter cette problématique afin d’établir un portrait réel des coûts occasionnés par les particularités de la région. »

Dans un échange de courriel, la ministre Laforest a rappelé qu’après dix ans sans indexation, il était temps de moderniser le programme AccèsLogis. 

« Notre gouvernement demeurera à l’écoute des propositions qui émaneront de la région de l’Outaouais pour permettre la construction de nouvelles unités », a-t-elle ajouté.