Un gouvernement péquiste élu en 2022 sous la direction de Paul St-Pierre Plamondon lancerait des États généraux avec toutes les nations autochtones dès sa première année de mandat et serait prêt à leur concéder des territoires où elles auraient des droits exclusifs sur tout projet d’exploitation des ressources naturelles.

Paul St-Pierre Plamondon tend un rameau d’olivier aux Autochtones

Alors que fait rage une crise autochtone partout au Canada, le candidat à la direction du Parti québécois (PQ) Paul St-Pierre Plamondon tend un rameau d’olivier aux Premières Nations du Québec pour les rallier au projet indépendantiste.

Un gouvernement péquiste élu en 2022 sous sa direction lancerait des États généraux avec toutes les nations autochtones dès sa première année de mandat et serait prêt à leur concéder des territoires où elles auraient des droits exclusifs sur tout projet d’exploitation des ressources naturelles.

C’est ce qu’on peut lire dans le nouveau volet des propositions de l’aspirant à la direction du PQ obtenu par La Presse canadienne lundi. Il s’inspire des grandes lignes de la Déclaration des Nations unies sur les droits peuples autochtones - que M. St-Pierre Plamondon s’engage aussi à adopter s’il forme un gouvernement.

Dans son document, M. St-Pierre Plamondon rappelle que les gouvernements successifs du PQ ont été pionniers dans l’établissement de relations d’égal à égal avec les peuples autochtones et qu’il veut continuer l’œuvre des premiers ministres René Lévesque et Bernard Landry.

Dans une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne en soirée, il a reconnu que les Premières Nations ont toujours été réticentes à l’idée d’indépendance du Québec, avec raison, parce que «ce n’est pas leur projet», a-t-il reconnu.

«Sortir du régime colonial»

Cependant, le candidat dans la course péquiste estime qu’il faut bâtir sur la crédibilité du PQ et aller au bout du raisonnement, pour un dialogue entre des nations qui veulent sortir du régime colonial fédéral.

«Assoyez-vous avec nous, on va bâtir quelque chose de bien meilleur que la Loi (fédérale) sur les Indiens, l’invitation est respectueuse et axée vers l’avenir, soit sortir du régime colonial pour aller vers un régime respectueux et équitable.»

Des États généraux permettraient notamment de reconnaître la souveraineté nationale de chacune des 12 nations autochtones présentes sur le territoire, de même que de proposer un mode de scrutin qui garantirait une meilleure représentativité aux Autochtones, a expliqué M. St-Pierre Plamondon, en précisant que le programme sera ouvert pour permettre à chacune des communautés d’amener des enjeux.

En outre, un gouvernement dirigé par M. St-Pierre Plamondon s’engagerait à définir les institutions démocratiques d’un Québec souverain conjointement avec les Autochtones. Que la réforme du mode de scrutin en cours actuellement soit adoptée ou non, l’État québécois établirait ainsi des circonscriptions électorales autochtones.

Il mettrait en place un forum parlementaire permanent pour faire avancer des priorités et débats soulevés par les différents représentants des Premières Nations.

Par ailleurs, il a abordé l’enjeu délicat de l’intégrité territoriale du Québec. Ce problème épineux a déjà été soulevé lors des campagnes référendaires, comme un risque de morcellement du territoire à la suite des nombreuses revendications territoriales des Autochtones. Selon lui, l’intégrité territoriale du Québec «demeurera intacte» à la suite de son éventuelle accession à l’indépendance.

Également, il dit être conscient de la complexité de la question autochtone : chaque nation n’a pas les mêmes revendications, ni les mêmes façons de concevoir le territoire, les droits ancestraux, le mode de gouverne, etc.

«On ne peut absolument pas présumer qu’on peut négocier en bloc, mais on ne peut absolument pas donner des traitements de faveur à certaines nations et ne pas les donner à d’autres. Il faut une base d’équité et des principes directeurs de négociation. C’est là que les États généraux me semblent essentiels.»

Enfin, M. St-Pierre Plamondon entend ultérieurement apporter d’autres propositions concernant les femmes autochtones.