La tarification concerne les entreprises qui produisent plus de 50 000 tonnes de gaz à effet de serre par année.

Ottawa veut dissuader la construction de nouvelles centrales au gaz

Le gouvernement fédéral augmente les redevances imposées aux nouvelles centrales au gaz naturel, afin de dissuader les compagnies d’électricité d’en construire.

Ce changement fait partie du «Règlement final de tarification de la pollution provenant de l’industrie», publié cette semaine par Ottawa. Cette tarification concerne les entreprises qui produisent plus de 50 000 tonnes de gaz à effet de serre par année.

Le système fédéral de tarification est conçu pour limiter les impacts sur la concurrence entre grands émetteurs industriels.

Or, la norme d’émission établie pour les centrales au gaz naturel impliquait à l’origine que les nouvelles centrales ne paieraient jamais de taxe sur le carbone, ce qui dissuadait les compagnies d’électricité de se tourner vers des sources d’énergie renouvelable.

À LIRE AUSSI: La taxe sur la carbone est constitutionnelle, tranche un tribunal ontarien

Le changement effectué cette semaine signifie que les normes d’émissions des nouvelles centrales au gaz naturel seront renforcées chaque année après 2021. En 2030, ces nouvelles centrales devraient payer le «tarif de la pollution» pour toutes leurs émissions.

«Cette norme, qui s’applique à la nouvelle production qui démarrera en 2021 ou plus tard, aidera l’électricité renouvelable, comme l’énergie éolienne et l’énergie solaire, à concurrencer encore plus efficacement le gaz naturel lorsque les services publics décideront du type de nouvelle production d’énergie à choisir», espère le gouvernement fédéral.