Les candidats dans la circonscription d'Ottawa-Sud : Eleanor Fast (NPD), John Fraser (libéral) et Karin Howard (PCC)

Ottawa-Sud: une circonscription symbolique

La circonscription d’Ottawa-Sud est en quelque sorte symbolique parce qu’elle a été associée à l’ex-premier ministre libéral Dalton McGuinty pendant 23 ans et qu’elle se couvre de rouge depuis 1987. Mais dans un passé plus lointain, le comté était un bastion progressiste-conservateur. Tous les scénarios sont donc sur la table pour l’élection de jeudi. S’agira-t-il d’une lutte à deux ou à trois ?

Qu’importe le verdict qui s’apprête à tomber, une chose est certaine, bon nombre d’électeurs ont fait savoir aux candidats lors du porte-à-porte de ces derniers que la criminalité et par conséquent la sécurité publique est l’un des enjeux en tête de liste. 

C’est que plusieurs des fusillades survenues ces derniers mois dans la capitale fédérale ont eu lieu dans ce secteur, dont l’une a fait un mort pas plus tard que la semaine dernière. 

« Les résidents d’Ottawa-Sud ont été frappés par plusieurs fusillades et vols. Nous devons faire en sorte que la répression du crime soit plus importante, que ce soit une priorité urgente. Notre gouvernement s’engagerait à fournir des ressources supplémentaires pour lutter contre les gangs et les armes à feu, le crime organisé, le trafic de drogue, etc. », signale l’avocate et candidate progressiste-conservatrice, Karin Howard. 

Le député sortant John Fraser tient quant à lui un discours plus nuancé et estime que « l’ensemble des élus de tous les paliers de gouvernement dont ceux de la Ville » ainsi que le Service de police d’Ottawa doivent travailler main dans la main pour trouver des solutions à cette problématique. Il ajoute que la sécurité routière dans les quartiers est aussi préoccupante. 

Eleanor Fast, qui porte les couleurs du NPD, affirme de son côté que si les fusillades sont « une tragédie » l’une des façons de contrer ce fléau serait assurément d’ajouter des ressources policières, mais surtout d’investir des sommes substantielles en matière de santé mentale et de lutte aux dépendances. 

Les autres priorités de la candidate, actuellement directrice générale de l’Académie canadienne des sciences de la santé, sont des investissements en éducation pour le maintien en bon état des infrastructures « souvent vieillissantes et datant de 50 ou 60 ans », ainsi que les soins de santé.

« Il y a des hôpitaux incroyables dans le comté, comme le CHEO ou le campus Général de l’Hôpital d’Ottawa. Mais il faut investir davantage pour que les gens aient droit à la qualité de soins à laquelle ils ont droit », soutient Mme Fast.

Pour sa part, Karin Howard affirme miser sur le rétablissement de la confiance de la population envers le gouvernement et fait aussi de la santé l’un de ses enjeux, car, dit-elle entre autres, « les résidents d’Ottawa-Sud attendent deux fois plus longtemps que la moyenne provinciale pour des soins de longue durée ».

Le libéral John Fraser énumère lui aussi la santé et l’éducation comme priorités.

« Je veux continuer à me battre pour soutenir les besoins de la communauté, y compris les familles et les personnes les plus vulnérables. Il faut aussi lutter pour protéger nos soins de santé », indique-t-il. 

Francophonie

M. Fraser, qui suit des leçons de français à Toronto, soutient que 14 000 personnes du comté sont francophones et qu’il compte protéger leurs droits « parce que c’est un défi constant pour eux de se faire entendre à Queen’s Park ». Il précise que son gouvernement a entre autres accordé un statut bilingue à la Ville d’Ottawa, en plus de créer bon nombre de nouvelles écoles de langue française.

Sa rivale progressiste-conservatrice Karin Howard affirme quant à elle que si elle obtient la confiance des électeurs, « son travail consistera aussi à représenter pleinement les intérêts des francophones », ajoutant que de par son profil professionnel, elle est bien consciente des droits linguistiques. 

Le NPD souhaite revoir la Loi sur les services en français pour la première fois en 30 ans, accélérer la création de l’université franco-ontarienne et améliorer l’offre de services en santé dans la langue de Molière, énumère quant à elle Eleanor Fast.

OTTAWA-SUD EN CHIFFRES

Population : 121 055

Nombre d’électeurs inscrits en 2014 : 89 150

Superficie : 73 km2

Résultats de la dernière élection :
LIB : 50 % / PC : 32 % / NPD : 12 %

Taux de participation : 54 %

À noter : les libéraux y règnent depuis 31 ans et ce fut une histoire de famille avec les mandats de l’ex-premier ministre Dalton McGuinty fils (1990-2013) et son père Dalton (1987-1990). Les progressistes-conservateurs ont cependant détenu le siège sans interruption dans les années 60, 70 et 80


AUTRES CANDIDATS EN LICE

Robert Daigneault (Libertarien)

Les Schram (Parti Vert de l’Ontario)

Larry Wasslen (Communiste)