Un homme joue du piano dans un appartement de Beyrout détruit par l’explosion.
Un homme joue du piano dans un appartement de Beyrout détruit par l’explosion.

Ottawa augmente encore le plafond de sa contrepartie aux dons pour le Liban

La Presse Canadienne
Ottawa augmente le plafond de sa contrepartie aux dons des Canadiens pour l’aide humanitaire au Liban à la suite de l’explosion meurtrière à Beyrouth.

Le gouvernement fédéral s’engage maintenant à égaler jusqu’à concurrence de 8 millions $ les contributions individuelles des Canadiens versées d’ici le 24 août aux organisations humanitaires établies qui travaillent sur le terrain au Liban. Ottawa avait initialement annoncé une contrepartie de 2 millions $, avant de la porter à 5 millions $ la semaine dernière.

Cette contribution fait partie d’un engagement de 30 millions $ d’Ottawa pour l’aide d’urgence au Liban à la suite de l’explosion dans le port de la capitale, le 4 août, qui a fait 180 morts, environ 6000 blessés et près de 300 000 sans-abri. Trente personnes manquent toujours à l’appel.

La ministre du Développement international, Karina Gould, a déclaré mercredi que le gouvernement allouera 13,5 millions $ aux organismes humanitaires des Nations unies et à la Croix-Rouge libanaise. «En travaillant avec ces partenaires de confiance, le Canada s’assure que son aide ira rapidement aux personnes qui en ont le plus besoin», a indiqué la ministre dans un communiqué.

Mme Gould précise que cette contribution fait suite à un appel de 565 millions $ lancé par l’ONU la semaine dernière pour l’aide humanitaire immédiate aux Libanais touchés par l’explosion.

Poursuite pénale contre les dirigeants

À Beyrouth, mercredi, un avocat a déposé une plainte formelle contre le président et le premier ministre pour n’avoir pas pris de mesures afin de retirer les matières dangereuses entreposées dans le port.

Quelque 2750 tonnes de nitrate d’ammonium, un produit chimique utilisé dans les engrais et les explosifs, ont explosé au début du mois. La plainte de Me Majd Harb, largement symbolique, allègue que le président Michel Aoun et le premier ministre sortant Hassan Diab avaient reçu un rapport de sécurité deux semaines avant l’explosion du 4 août.

Jusqu’à présent, les autorités ont arrêté 19 personnes, la plupart des douaniers et des agents portuaires. Le directeur du port et le responsable des douanes libanaises ont tous deux été officiellement arrêtés plus tôt cette semaine.

La colère populaire des Libanais a encore gonflé à cause de la corruption et de la mauvaise gestion de l’élite dirigeante. Le gouvernement, qui est soutenu par le Hezbollah et ses alliés, a démissionné le 10 août. Il n’y a pas de consultations formelles en cours sur l’éventuel remplaçant du premier ministre Diab et aucun candidat potentiel n’a émergé jusqu’ici.