La députée de Hull, Maryse Gaudreault
La députée de Hull, Maryse Gaudreault

Nouvel hôpital: «Le département des miracles, ce n'est pas le CISSSO», réagit Maryse Gaudreault

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
«Enfin, le chat sort du sac», a réagi la députée libérale de Hull, Maryse Gaudreault, en apprenant dans Le Droit que le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) se prépare à un plan de «transition» selon lequel le nouvel hôpital promis par la Coalition avenir Québec (CAQ) ne serait pas prêt avant une dizaine d’années. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, rétorque que son gouvernement va respecter sa promesse, sans toutefois préciser à quel moment.

Mme Gaudreault a vivement réagi, vendredi, en lisant les propos de la présidente-directrice générale adjointe du CISSSO, France Dumont, qui évoque un échéancier de 10 à 15 ans pour la réalisation d’un nouvel hôpital dans la région, alors que la CAQ a toujours maintenu qu’il serait prêt à recevoir ses premiers patients en 2023.

«Le département des miracles, ce n’est pas le CISSSO, a lancé Mme Gaudreault en entrevue avec Le Droit, vendredi. On l’a dit depuis le début que c’est impossible. […] À mots couverts, monsieur le ministre régional [Mathieu Lacombe] baisse les attentes en disant que la région ne veut pas d’un nouvel hôpital, mais bien 170 lits rattachés à un hôpital existant, mais il n’y a pas rien de concret dans les déclarations du ministre et ce matin [vendredi], le chat sort du sac, ce n’est vraiment pas un dossier prioritaire pour la CAQ. […] Pour moi, ça démontre encore une fois la complète improvisation du ministre dans le dossier de la santé ici en Outaouais.»

Maryse Gaudreault affirme ainsi qu’il était «hasardeux», pour la CAQ, de promettre un nouvel hôpital à l’intérieur de cinq ans lors de la campagne électorale de 2018.

«Si la direction du CISSSO […] énonce des faits comme ceux-là, c’est vraiment la démonstration que ce dossier-là n’a pas avancé, n’a pas été priorisé par les autorités gouvernementales», ajoute Mme Gaudreault, qui espère que la PDG adjointe du CISSSO «ne subira aucune conséquence pour avoir fait ces déclarations».


« Nous nous sommes engagés à livrer un nouvel hôpital en Outaouais et nous allons tenir notre promesse. »
Christian Dubé

Le ministre Dubé réagit

Dans une déclaration fournie par écrit au Droit vendredi midi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, assure que la région finira par avoir de nouveaux lits d’hôpital, sans toutefois préciser quand.

«Nous nous sommes engagés à livrer un nouvel hôpital en Outaouais et nous allons tenir notre promesse, affirme M. Dubé. Lors de son passage dans la région en juillet dernier, le premier ministre a rappelé que nous souhaitons que les projets se fassent plus rapidement, plus rondement. Le travail se poursuit afin de présenter le projet sous peu et les citoyens de la région ne seront pas déçus. Comme gouvernement, nous voulons bonifier les services de première ligne et, pour nous, il est clair qu’un nouvel hôpital en Outaouais est une partie intégrante de cet engagement.»

Le mois dernier, le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, avait reconnu que la promesse de la CAQ prenait «plus de temps à se concrétiser que [le gouvernement] l’aurait souhaité».

Aux yeux de Maryse Gaudreault, le dossier aurait dû avancer plus rapidement. «Ce n’est pas le CISSSO qui décide, c’est le gouvernement, note-t-elle. Le gouvernement aurait dû, jusqu’à présent, identifier un site et déjà aller en appel d’offres pour solliciter des plans, une étude de faisabilité et tout ça par rapport à la construction.»

À l’instar de Mme Dumont, la députée de Hull estime par ailleurs qu’il est «totalement inacceptable» que le projet des 32 chambres TARP (travail-accouchement-récupération-postpartum) à l’Hôpital de Gatineau, annoncé en 2014 par le gouvernement péquiste de Pauline Marois, ne soit pas encore entamé. «Ça n’a pas d’allure», s’insurge Mme Gaudreault.

Dans ce dossier, la PDG adjointe du CISSSO a fait savoir au Droit qu’il est prévu que le projet voie le jour dans la nouvelle infrastructure, de sorte que l’organisation prévoit une «alternative à court terme» pour améliorer l’unité de périnatalité de l’Hôpital de Gatineau.