Kris Austin a informé la lieutenante-gouverneure que l’Alliance des gens avait accepté d’appuyer les progressistes-conservateurs de Blaine Higgs pour un an et demi.

N-B: l’Alliance des gens offre son soutien au parti PC

FREDERICTON — L’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick a offert son soutien à un éventuel gouvernement progressiste-conservateur, vendredi, mais le premier ministre libéral de la province exhorte les députés du camp adverse à rejeter cette entente — et à le maintenir au pouvoir.

Le chef du tiers parti de droite, Kris Austin, dit avoir informé la lieutenante-gouverneure Jocelyne Roy Vienneau que l’Alliance des gens avait accepté d’appuyer les progressistes-conservateurs de Blaine Higgs pour un an et demi.

Le chef libéral Brian Gallant, qui a tenu sa propre conférence de presse en milieu d’après-midi, dit poursuivre les discussions avec le Parti vert pour former un gouvernement minoritaire. Il a aussi fait part de son intention de rappeler la législature le 23 octobre pour son discours du trône.

M. Gallant a invité les députés progressistes-conservateurs qui ne sont pas favorables aux valeurs prônées par l’Alliance des gens à changer d’allégeance ou à exprimer leur mécontentement pour empêcher leur parti d’aller de l’avant avec cette entente.

Aucun parti n’est sorti clairement vainqueur des élections de lundi au Nouveau-Brunswick. Les progressistes-conservateurs de Blaine Higgs ont raflé 22 sièges — contre 21 pour les libéraux, qui ont toutefois récolté une plus grande proportion du vote populaire.

Nul n’a réussi à obtenir les 25 sièges nécessaires à la formation d’un gouvernement majoritaire, mais deux tiers partis pourraient détenir la balance du pouvoir. Le Parti vert et l’Alliance des gens ont tous deux fait élire trois députés, dont leur chef.

Brian Gallant avait précédemment déclaré qu’il ne formerait pas de coalition avec l’Alliance des gens en raison de « valeurs fondamentales » que les libéraux ne partagent pas avec ce plus petit parti.

L’Alliance des gens s’est notamment engagée à abolir la dualité linguistique dans les services gouvernementaux — dont les autobus scolaires et les soins de santé — et à supprimer le poste de commissaire aux langues officielles.

Dans son communiqué diffusé vendredi, l’Alliance des gens demeure vague quant aux conditions de leur soutien envers les progressistes-conservateurs.

« M. Austin a informé son Honneur qu’il avait rencontré Blaine Higgs et qu’il avait accepté d’assurer la stabilité d’un gouvernement minoritaire progressiste-conservateur pendant une période allant jusqu’à 18 mois », peut-on lire dans le communiqué.

Le chef progressiste-conservateur s’était pour sa part entretenu jeudi avec la lieutenante-gouverneure. À l’issue de leur rencontre, Blaine Higgs a appelé le chef libéral Brian Gallant à démissionner de son poste de premier ministre ou à rappeler immédiatement la législature.

Il a aussi rejeté l’idée de former un gouvernement de coalition officiel avec l’un ou l’autre des tiers partis. Il s’est néanmoins montré ouvert à un arrangement plus informel.