La députée provinciale d'Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde

Marie-France Lalonde fera le saut au fédéral

La députée provinciale Marie-France Lalonde a pris une décision et sera candidate à l’investiture du Parti libéral du Canada (PLC) dans la circonscription fédérale d’Orléans.

Comme elle l’a indiqué à quelques reprises dans les dernières semaines, Mme Lalonde souligne que la lutte dans Orléans sera «importante pour l’Équipe Trudeau» dans le cadre des élections fédérales qui se tiendront l’automne prochain.

«Le fait qu’Andrew [Leslie] a décidé de se retirer de la vie politique, ça ouvre une porte au fédéral où je peux amener mes acquis. J’ai toujours été et je vais continuer d’être une voix forte pour la communauté d’Orléans», affirme la députée provinciale d’Ottawa-Orléans.

Cette dernière continuera d’occuper ses fonctions au gouvernement provincial durant la campagne à l’investiture. Comme la loi ontarienne le stipule, elle démissionnera de son poste de députée le jour du déclenchement des élections fédérales, comme l’ont fait les conservateurs John Baird et Jim Flaherty en 2005, souligne Marie-France Lalonde.

«Demain, je vais être à Queen’s Park, à la période de questions. Aujourd’hui, on s’attendait à ce que je prenne une décision, je l’ai fait. Il y aura une équipe locale qui va travailler en vue de cette investiture. Mes fonctions d’être la représentante à Queen’s Park, ça continue.»

Mme Lalonde admet que la vie familiale a influencé sa décision de se tourner vers un siège à Ottawa, plutôt qu’à Toronto.

«Ç’a été très difficile pour moi de ne pas prendre ça en considération. Mon époux, ça fait 30 ans qu’il m’appuie dans toutes mes décisions professionnelles. Pour lui, c’était important que je brigue l’investiture fédérale du fait que M. Leslie laissait le siège ouvert ici.»

Rebâtir le Parti libéral de l’Ontario

Si tout se déroule comme le souhaite Marie-France Lalonde, une élection partielle serait nécessaire dans la circonscription provinciale d’Ottawa-Orléans. Dans d’éventuelles fonctions de députée fédérale, elle entend continuer à contribuer à la reconstruction du Parti libéral de l’Ontario (PLO), notamment en travaillant à l’élection de son successeur dans Orléans.

Questionnée à savoir si elle faisait une croix définitivement sur une course à la chefferie du PLO — advenant sa défaite dans Orléans à l’élection fédérale d’octobre —, Mme Lalonde ne dit pas clairement que ce scénario est écarté. 

«Au niveau de l’optique, ça va peut-être être difficile, c’est certain. Si je regarde ce que je veux accomplir aujourd’hui, c’est d’avoir le mandat de devenir la candidate fédérale d’Orléans, affirme Marie-France Lalonde. Après ça, on rediscutera de ce qui s’en vient.»