Luc Angers reproche à la CAQ de démontrer peu d’intérêt envers les enjeux locaux.

Luc Angers largue la CAQ

Militant de la Coalition avenir Québec (CAQ) depuis la première heure, l’ancien candidat dans Chapleau, Luc Angers, claque la porte du clan de François Legault en affirmant qu’il s’agit d’« un parti inutile pour l’Outaouais ».

Luc Angers croyait fermement aux idées de la CAQ, fondée par François Legault à l’automne 2011. Aux élections de 2012, l’ancien conseiller municipal avait même brigué les suffrages dans Chapleau, y terminant au troisième rang avec 23 % des voix.

Mais voilà que celui qui présidait depuis six ans le comité d’action locale dans cette circonscription largue le chef caquiste, qu’il accuse de n’avoir « démontré aucun intérêt pour les enjeux de l’Outaouais » au cours de la dernière année.

« En bout de ligne, je me rends compte que l’Outaouais n’a jamais été considérée comme étant importante », affirme M. Angers, qui dit avoir demandé, en vain, que des porte-paroles du parti soient nommés dans les régions « orphelines » d’élus à l’Assemblée nationale.

Ce dernier affirme qu’auparavant, François Legault participait plus souvent à des activités partisanes en Outaouais. « La dernière fois, il est juste venu pendant même pas 24 heures, au printemps passé, pour un souper annuel, rapporte M. Angers. Il n’est pas resté, il est passé comme un coup de vent. »

Luc Angers déplore aussi que le chef caquiste et ses députés démontrent peu d’empressement à réagir sur les enjeux locaux. « Quand il y a eu l’annonce de la faculté [satellite] de médecine, la réaction de la CAQ a été trois semaines après, lance M. Angers. Ça prenait beaucoup de temps pour avoir des réactions des députés. [...] Je pense que la dernière année a été la plus concluante, dans le mauvais sens du terme. Pendant les inondations, j’ai fait appel à la présence du chef, et il n’est pas venu. »

Outre le manque d’interventions des élus de la CAQ pour intervenir sur des enjeux touchant la région, Luc Angers affirme avoir appris récemment que la personne qui représentera le parti dans Chapleau en vue des élections de l’automne prochain « vient de Montréal », tout en étant native de l’Outaouais.

Ce fut « la goutte qui a fait déborder le vase » pour Luc Angers, qui assumait aussi depuis quelques années la présidence de la table régionale de l’Outaouais de la CAQ.

Invitée à réagir, la CAQ a envoyé une courte déclaration par courriel. « Nous prenons acte de la déclaration de M. Angers, est-il écrit. La CAQ lui avait récemment annoncé qu’il ne serait pas candidat pour l’élection générale de 2018. Nous comprenons sa déception. D’ailleurs, ses attaques font davantage écho à sa déception plutôt qu’à la réalité, puisque tout récemment il désirait toujours être candidat pour nous. La CAQ est de plus en plus présente en Outaouais. Elle peut compter sur une équipe solide de militants et, bientôt, sur des candidats de grande qualité. »