Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, était de passage en Outaouais jeudi.

L’Outaouais ne sera pas délaissée, dit Blanchet

La région de l’Outaouais ne sera pas délaissée par le Bloc québécois, assure le chef du parti Yves-François Blanchet.

« Il n’est pas question que le Bloc québécois néglige le moindrement l’Outaouais. L’Outaouais sera aussi bien traité, comme le disait M. Parizeau, avant, pendant et après l’élection, a-t-il déclaré lors d’une mêlée de presse. Si l’Outaouais nous choisi, on va répondre présent ! »

Jeudi après-midi, M. Blanchet est venu rencontrer les Gatinois dans le marché public du Vieux-Hull. Il était accompagné de Geneviève Nadeau (Gatineau), Joanie Riopel (Hull-Aylmer), Jonathan Carreiro-Benoit (Pontiac) et Yves Destroismaisons (Argenteuil-La-Petite-Nation), ses quatre candidats pour représenter la région de l’Outaouais à Ottawa. Ensemble, ils ont fait la tournée des différents kiosques et ont discuté avec les exposants.

« J’ai un faible presque pécheur pour les marchés publics, confie-t-il. C’est du vrai monde, des gens d’agriculture et de proximité qui vivent avec une sensibilité environnementale bien assumée. »

Le chef bloquiste a notamment profité de son passage pour critiquer la gestion faite par le gouvernement libéral du fiasco entourant le système de paye Phénix, qui donne des maux de tête aux fonctionnaires fédéraux depuis son implantation en 2016.

« Quarante-quatre mille personnes dont les payes sont inexactes, en retard ou parfois inexistantes, sans aucune solution réelle de protégée, c’est une indignation sans nom, déplore-t-il. Prenez-vous un crayon, faites un chèque de paye à côté et donnez la paye au monde ! Ça n’a pas de sens ! La seule institution au Canada qui peut fonctionner sans payer son monde c’est le gouvernement du Canada. C’est insensé ! »

Un autre enjeu qui préoccupe Yves-François Blanchet est la situation des centres de recherche fédéraux.

« Les gens de l’Outaouais mangent des coups comme les autres Québécois de la part d’Ottawa, dit-il. J’appuie beaucoup le futur programme sur les centres de recherche et d’innovation environnementale dont le Québec est capable. Mais, des centres de recherches fédéraux, il y en a un à Gatineau et 30 à Ottawa. J’imagine déjà qu’ils vont nous dire “péréquation” dans la phrase suivante, mais c’est complètement ridicule. »

Renverser les tendances

Alors qu’un récent sondage de la firme Recherche Mainstreet indiquait que le Bloc québécois avait 18,6 % des intentions de vote des Québécois, le chef bloquiste croit qu’il reste suffisamment de temps pour faire augmenter ce chiffre.

« En vrai, je crois qu’on est déjà un peu au-dessus de 20 %, dit-il. On est potentiellement capable de renverser les tendances. Il y a encore le tiers des Québécois qui sont souverainistes et qui ont voté pour des partis souverainistes à l’Assemblée nationale le 1er octobre 2018. »

L’objectif de M. Blanchet est donc le suivant : avoir 20 députés élus au Québec.

« J’ai toujours dit que mon plancher était à 20, affirme-t-il. Je considérerais que mon mandat n’est pas un grand succès si on n’atteint pas 20 sièges. »

Rappelons que 12 sièges sont requis pour être un parti reconnu à la Chambre des communes.

Les élections fédérales se tiendront le 21 octobre prochain. Entre temps, M. Blanchet souhaite aux électeurs de passer un bel été.

« Moi cet été, je ne dis pas aux gens “voici notre programme politique”, je leur dis “c’est l’été, il fait beau, profitez-en”. Je leur donne la main, on se fait un sourire puis je leur dis “par contre cet automne je vais devenir sérieusement tannant parcequ’on devra envisager des questions vraiment importantes pour le Québec”. »