Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, au Salon bleu de l'Assemblée nationale à Québec, jeudi

Lionel Carmant suggère un débat sur l’âge légal pour consommer de l’alcool et se ravise

QUÉBEC - Doit-on hausser l’âge légal pour consommer de l’alcool au Québec? Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a ouvert une boîte de Pandore jeudi, en disant souhaiter que l’on débatte de cette question, avant de se raviser.

Le neuropédiatre a affirmé sur les ondes de CBC que si les gouvernements de l’époque avaient eu les connaissances scientifiques d’aujourd’hui, ils auraient peut-être fixé à plus de 18 ans l’âge légal pour consommer de l’alcool.

Pourquoi ne pas changer l’âge de la consommation maintenant? lui a demandé l’animateur. «C’est un débat que nous devrions avoir, même chose pour le tabac», a répondu le ministre en anglais.

Selon lui, la consommation d’alcool à 18 ans fait des ravages, causant notamment de nombreux accidents de la route.

La veille, M. Carmant avait présenté un projet de loi pour faire passer à 21 ans l’âge légal pour la consommation de cannabis, qui, si adopté, fera du Québec la province la plus restrictive au pays.

Dans la même entrevue à CBC, le ministre est revenu sur ce projet de loi en avouant candidement ne s’être appuyé sur aucune donnée scientifique. «Nous n’avons aucune preuve scientifique, évidemment, a-t-il déclaré. Ce que nous envoyons est un message fort.»

Jeudi, à son arrivée à l’Assemblée nationale, il a précisé sa pensée au sujet de l’alcool. Le débat qu’il souhaitait quelques heures plus tôt sur l’âge légal pour consommer de l’alcool n’est finalement pas nécessaire.

«L’âge est à 18 ans depuis longtemps et c’est accepté par tout le monde», s’est-il amendé.

Mais il a de nouveau abordé les effets néfastes de l’alcool. «L’alcool est quand même une substance toxique, a-t-il ajouté. On veut protéger tous nos jeunes.»

Le premier ministre François Legault a vite mis le couvercle sur la marmite. Son gouvernement n’a aucune intention de revoir l’âge légal pour la consommation d’alcool, a-t-il tranché.

Selon lui, le gouvernement ne peut considérer l’alcool et le cannabis de la même façon.

«L’alcool, ça fait longtemps que c’est permis, il y a eu des millions de dollars d’investis dans des campagnes pour expliquer les dangers de la surconsommation, a expliqué M. Legault. Le cannabis, c’est un changement majeur qu’on fait trop rapidement et on ne peut pas comparer les deux.»

N’empêche, les propos du Dr Carmant ont créé une petite secousse à l’Assemblée nationale.

«Est-ce qu’ils sont en train de nous dire que l’âge légal où on est apte à prendre des décisions pour notre bien-être devrait être plus que 18 ans?» s’est interrogé le porte-parole libéral en santé, André Fortin.

«Doit-on augmenter l’âge auquel on peut voter, ou l’âge auquel on peut avoir un permis de conduire, servir les Forces armées canadiennes?»

La députée Véronique Hivon, du Parti québécois, s’est quant à elle demandé si on revenait «à l’ère de la prohibition».

«M. le Président, est-ce qu’on est en train de retourner dans l’idéologie conservatrice des années 1950? Ça m’inquiète. Je ne suis pas la seule», a ajouté la chef parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé.