Selon le Journal de Québec, Alexandre Taillefer a obtenu deux prêts totalisant 4 millions $ pour son entreprise Téo Taxi quelques mois avant de se joindre à l’équipe libérale.

Les partis d’opposition demandent à Taillefer d’être plus transparent

QUÉBEC — Le président de campagne du Parti libéral du Québec (PLQ), Alexandre Taillefer, est prié de faire preuve de plus de transparence et de dévoiler l’ensemble des prêts et subventions qu’il a reçus du gouvernement.

Jeudi, le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) ont tous deux cité un article du Journal de Québec qui révélait que M. Taillefer a obtenu deux prêts totalisant 4 millions $ pour son entreprise Téo Taxi quelques mois avant de se joindre à l’équipe libérale.

Sans parler de conflit d’intérêts, l’opposition dit s’inquiéter de l’accès inouï et privilégié de l’entrepreneur au premier ministre et à son gouvernement.

« Écoutez, il est le président de son créancier », a déclaré le député caquiste, Simon Jolin-Barrette, lors d’une mêlée de presse, jeudi.

« C’est un abonné des subventions dans son modèle d’affaires. Alors on veut avoir le portrait global, on veut avoir de la transparence au niveau de ses entreprises », a-t-il ajouté.

La CAQ demande notamment à M. Taillefer de rendre publics la date d’octroi des prêts ainsi que le taux d’intérêt de chacun d’eux.

« Qu’il ait obtenu ça, est-ce que ça respecte les règles ? Disons que c’est assez près de son arrivée en politique, a pour sa part commenté le leader parlementaire du PQ, Pascal Bérubé. Vous savez, il y a des organisations indépendantes de l’Assemblée nationale qui ont probablement vu la même nouvelle que nous et qui, j’ai l’impression, vont faire attention à ça. »

« Comme M. Taillefer est dans plusieurs champs d’activités, on considère qu’il doit y avoir plusieurs personnes qui le surveillent », a renchéri M. Bérubé.

Interrogé sur le sujet, le premier ministre Philippe Couillard n’a lancé qu’une seule phrase, sans élaborer, avant de tourner les talons : « J’espère qu’on pourra poser des questions à M. Sirois. »

Charles Sirois était un important homme d’affaires en 2011 au moment de fonder la CAQ avec François Legault.

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Moreau, y a aussi ajouté son grain de sel : pour lui, Alexandre Taillefer est déjà très transparent.

« Depuis qu’il a pris ses fonctions comme président de la campagne, je pense que M. Taillefer a fait preuve d’une grande transparence, alors je ne vois pas comment on pourrait y faire un reproche sur ça », a-t-il déclaré.

M. Taillefer a notamment démissionné, il y a trois semaines, du conseil d’administration de la société Mishmash Média, propriétaire des publications Voir et L’Actualité.