Les députés élus ou réélus le 1er octobre seront appelés à se présenter au parlement le mardi 27 novembre pour une mini-session qui ne durera que deux courtes semaines.

Les parlementaires seront rappelés le 27 novembre pour une mini-session

QUÉBEC — Les députés élus ou réélus le 1er octobre seront appelés à se présenter au parlement le mardi 27 novembre pour une mini-session qui ne durera que deux courtes semaines.

L’annonce a été faite par le premier ministre François Legault, qui tenait vendredi matin sa première conférence de presse depuis qu’il occupe officiellement ses nouvelles fonctions, dans ses bureaux de l’édifice Honoré-Mercier, voisin du parlement.

Cette session-éclair permettra au gouvernement de démarrer le travail parlementaire et de déposer quelques projets de loi qui lui tiennent particulièrement à coeur.

Mais bien peu de travail législatif peut être accompli en si peu de temps.

Loi sur les signes religieux

Il faut quand même s’attendre, notamment, à voir le leader parlementaire et ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, déposer rapidement un projet de loi visant à interdire le port de signes religieux aux enseignants du primaire et du secondaire, de même qu’aux employés de l’État exerçant une autorité contraignante (policiers, juges et gardiens de prison).

«Le dossier de la laïcité, on veut le régler rapidement», a convenu le premier ministre, qui s’est dit «pressé de se mettre au travail, incluant pour les travaux législatifs».

Sur cette question délicate de signes religieux, il s’est dit ouvert une fois de plus à en discuter avec les partis d’opposition. Il est difficile de dire cependant si le gouvernement pourrait, par exemple, renoncer à imposer l’interdiction aux enseignants, pour faire adopter une loi plus consensuelle.

Pour l’instant, sur ce point précis du port de signes religieux chez les enseignants, une idée qui ne fait pas l’unanimité dans la classe politique, «notre position n’a pas changé», a-t-il assuré.

Ce sera aussi l’occasion pour les parlementaires de nommer le prochain président de l’Assemblée nationale, durant la mini-session de l’automne. À ce jour, il n’y a qu’un seul candidat sur les rangs, le député de Lévis, François Paradis.

La première vraie session parlementaire complète du gouvernement Legault débutera en février, jusqu’à la mi-juin.

Cannabis et immigration

Il n’est pas clair par ailleurs à savoir quand le gouvernement entend déposer son projet de loi visant à faire passer de 18 à 21 ans l’âge minimal pour consommer du cannabis. Le premier ministre ne semblait pas animé d’un sentiment d’urgence sur cette question controversée, vendredi. Le responsable du dossier n’est même pas encore connu: ce pourrait être la ministre de la Justice, Sonia LeBel, ou le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant.

M. Legault a rappelé aussi son objectif de réduire le seuil d’immigration de 20 pour cent, pour le faire passer de plus de 50 000 actuellement à un maximum de 40 000 nouveaux arrivants par année, dès 2019.

Un cadeau de Noël?

Les contribuables peuvent aussi espérer recevoir un cadeau de Noël du ministre des Finances, Éric Girard, qui devrait annoncer une baisse du fardeau fiscal, à l’occasion d’une mise à jour économique.

«Je suis confiant qu’on va être capable de faire des annonces avant Noël», a dit M. Legault à ce propos.

Le premier budget du gouvernement devrait suivre en mars.

Dans les semaines qui viennent, avant la rentrée du 27 novembre, les nouveaux ministres devront s’installer dans leurs bureaux, former leur cabinet, rencontrer les sous-ministres et lire des tonnes de documents pour se familiariser avec leurs dossiers.