En campagne dans un hôpital de Toronto jeudi matin, la chef du Parti libéral de l’Ontario, Kathleen Wynne, a soutenu que le NPD pouvait entretenir un certain mépris pour le secteur privé.

Les libéraux s’en prennent au NPD

TORONTO — Les libéraux de Kathleen Wynne, loin dans les sondages derrière les progressistes-conservateurs, ont fait porter leurs attaques jeudi sur les néo-démocrates, qui leur disputent chaudement la deuxième place.

Le Nouveau Parti démocratique a obtenu jeudi matin l’appui de la Fédération des enseignantes de l’élémentaire. Les libéraux ont aussitôt publié un communiqué dans lequel ils prétendent que le candidat néo-démocrate Marco Coletta serait favorable à une baisse de salaires de 15 % pour les enseignants de la province.

Cette tactique a été souvent utilisée par les libéraux au cours des dernières semaines, mais elle visait alors des candidats conservateurs. L’ex-candidate Tanya Granic-Allen, une « conservatrice sociale », a même été écartée de la course par les instances du parti, après avoir goûté à cette médecine libérale.

Kathleen Wynne a estimé jeudi que les opinions du candidat Coletta rappellent la plateforme électorale néo-démocrate de 2014, qui ne plaçait pas l’éducation au sommet des priorités, selon la chef libérale. En campagne dans un hôpital de Toronto, jeudi matin, Mme Wynne a aussi soutenu que le NPD pouvait entretenir un certain mépris pour le secteur privé.

La chef du NPD, Andrea Horwath, a indiqué jeudi qu’elle n’était pas au courant des déclarations du candidat Coletta, et elle a assuré que les enseignants seraient bien traités par un gouvernement néo-démocrate. Le président de la Fédération des enseignantes de l’élémentaire, Sam Hammond, a expliqué jeudi que son syndicat accordait son appui au NPD pour ses engagements en faveur d’un système d’éducation public.

Des sondages suggèrent que les néo-démocrates de Mme Horwath ont devancé les libéraux cette semaine, en deuxième place dans les intentions de vote des Ontariens. L’agrégateur de sondages élaboré par la CBC accordait jeudi 27,2 % des intentions de vote au NPD, contre 25,7 % aux libéraux. Les progressistes-conservateurs de Doug Ford étaient crédités de 41,1 % des intentions de vote.