Plusieurs sondages laissent croire que le Parti libéral de Kathleen Wynne traîne de la patte derrière le NPD.

Les libéraux s’attaquent aux néo-démocrates

TORONTO — Les libéraux au pouvoir en Ontario soutiennent avoir découvert une erreur de calcul dans le programme électoral du Nouveau Parti démocratique (NPD), envoyant une nouvelle fronde à la formation qui devance le Parti libéral dans les sondages en vue des élections de juin dans la province. La chef néo-démocrate a de son côté rejeté la possibilité d’une coalition avec les libéraux, advenant une victoire minoritaire des progressistes-conservateurs.

Les libéraux ont affirmé lundi que les néo-démocrates n’avaient pas pris en compte les dépenses gouvernementales annoncées entre le budget déposé l’an dernier et l’énoncé fiscal de cette année, ce qui créerait un manque à gagner d’au moins 3 milliards $ dans la plateforme néo-démocrate. Le NPD a soutenu que ses chiffres avaient été vérifiés par un ancien directeur parlementaire du budget.

Concernant ses attaques contre les néo-démocrates, la chef libérale Kathleen Wynne a affirmé que les valeurs communes aux deux formations politiques ne signifiaient pas qu’elle ne poserait pas de questions sur le programme du NPD.

Mme Wynne a déclaré qu’un consensus solide se formait selon lequel le chef progressiste-conservateur Doug Ford n’offre pas la voie d’avenir pour la population de l’Ontario, et que par conséquent, il fallait soumettre au même examen rigoureux les programmes de tous les partis.

Les attaques libérales contre le NPD ont pris de l’ampleur ces derniers jours, au moment où plusieurs sondages laissent croire que le Parti progressiste-conservateur compte le plus d’appuis en vue du scrutin du 7 juin, et que le Parti libéral traîne de la patte derrière le NPD.

Mme Wynne et la chef néo-démocrate Andrea Horwath ont été questionnées en fin de semaine sur la possibilité de former un gouvernement de coalition si les progressistes-conservateurs remportaient une victoire minoritaire.

Mme Horwath a affirmé lundi qu’en aucun cas, le NPD ne joindrait ses forces avec le Parti libéral – semblant aller plus loin que la veille dans le rejet de cette avenue.

« Je dis sans équivoque que je n’ai aucun intérêt à m’allier à ce parti. (Les libéraux) ont pris à répétition des décisions qui étaient dans leur propre intérêt politique, des décisions qui étaient dans l’intérêt des libéraux bien branchés et des gens à revenus élevés qui ont tendance à être leurs amis », a-t-elle déclaré.

M. Ford, pour sa part, a soutenu que les Ontariens ne voulaient pas d’une « entente en coulisses » qui maintiendrait les libéraux au pouvoir.