La ministre fédérale de l’Emploi, Patty Hajdu, députée de Thunder Bay, dans le nord de l’Ontario, a qualifié le budget ontarien de «périlleux», car il coupe dans plusieurs programmes qui vont de la sécurité sociale à la création d’emplois, en passant par le développement du Nord et la capacité de la province à lutter contre les incendies de forêt.

Les libéraux lient le budget ontarien aux conservateurs de Scheer

Les libéraux à Ottawa ont rapidement critiqué le premier budget du nouveau gouvernement en Ontario, espérant que les Canadiens feront un amalgame entre les progressistes-conservateurs de Doug Ford et les conservateurs fédéraux d’Andrew Scheer.

Le budget provincial déposé jeudi, intitulé «Protéger l’essentiel», prévoit notamment des coupes dans les établissements d’enseignement postsecondaire et les services sociaux, et réduit la croissance des dépenses projetées par l’ancien gouvernement libéral de Kathleen Wynne.

La ministre fédérale de l’Emploi, Patty Hajdu, députée de Thunder Bay, dans le nord de l’Ontario, a qualifié ce budget de «périlleux», car il coupe dans plusieurs programmes qui vont de la sécurité sociale à la création d’emplois, en passant par le développement du Nord et la capacité de la province à lutter contre les incendies de forêt.

En conférence de presse vendredi à Ottawa, Mme Hajdu a soutenu que les électeurs de tout le pays pouvaient s’attendre à des coupes aussi «cruelles» des conservateurs fédéraux d’Andrew Scheer s’ils devaient former le prochain gouvernement à Ottawa.

«De mon point de vue, Doug Ford et ses sbires tentent d’en «passer une petite vite» aux Ontariens», a déclaré Mme Hajdu. «Il est évident qu’Andrew Scheer adopterait exactement la même tactique.»

Comme les libéraux fédéraux l’avaient fait en 2015, le gouvernement Ford s’est engagé jeudi à atteindre l’équilibre budgétaire dans plusieurs années seulement. Mais Justin Trudeau n’a pas tenu sa promesse électorale d’équilibrer les finances publiques d’ici 2019, après des déficits «modestes». Chaque année, son gouvernement affiche des déficits plus importants que promis - près de 20 milliards $ cette année.

Le ministre des Finances de l’Ontario, Vic Fedeli, a déclaré jeudi qu’il s’attendait à ce que la province atteigne le déficit zéro d’ici 2023-2024, soit deux ans plus tard que ce qu’ils avaient promis en campagne électorale. «Nous avons tracé une voie raisonnable vers l’équilibre», a déclaré M. Fedeli. «Notre voie vers l’équilibre en cinq ans est une approche réfléchie et mesurée.»

«Approche responsable»

Pierre Poilievre, porte-parole des conservateurs fédéraux en matière de finances, qui harcèle depuis des mois les libéraux sur leur retard à atteindre le déficit zéro, a soutenu vendredi que le gouvernement ontarien avait été placé dans une situation financière «désastreuse» par l’ancien gouvernement libéral de la province.

Dans cet esprit, le gouvernement Ford a adopté une approche responsable dans sa lutte au déficit, a estimé M. Poilievre.

Le budget de l’Ontario prévoit que les dépenses de programmes devraient augmenter en moyenne de 0,8 % sur trois ans, comparativement à une croissance de 3,3 % projetée par l’ancien gouvernement libéral.

Le document suggère de lutter contre le changement climatique sans taxe sur le carbone, mais ne fournit pas de nouveaux fonds pour ces programmes. Il prévoit toutefois des sommes pour les investissements dans les technologies propres, susceptibles de créer des emplois dans les industries produisant des panneaux solaires, des éoliennes et des bornes de recharge de véhicules électriques.

Dans ses critiques, vendredi, Mme Hajdu n’a pas visé uniquement le gouvernement Ford: elle a aussi cité les conservateurs albertains de Jason Kenney pour finalement prévenir les Canadiens qu’ils pouvaient s’attendre à toute une série de coupes d’un gouvernement Scheer.

«Les gouvernements conservateurs se comportent de la même manière, peu importe où ils sont élus», a soutenu la ministre libérale.