Philippe Couillard, qui a annoncé jeudi sa démission comme chef du Parti libéral du Québec

Les libéraux élus et défaits peinent à expliquer leur râclée historique

QUÉBEC - Les libéraux peinent encore à expliquer leur dégelée électorale.

Jeudi, les candidats élus et défaits se sont réunis dans un hôtel de Québec, l’air sonné, pour tenter de donner un sens à la pire défaite de leur histoire, subie aux mains de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Tour à tour, ils ont défilé devant les journalistes pour revenir sur les raisons qui auraient poussé, selon eux, les électeurs à les rejeter de façon aussi cinglante.

Au moment de la dissolution de la Chambre, le PLQ comptait 68 sièges à l’Assemblée nationale, mais n’en avait plus que 32 lundi soir, ayant recueilli l’appui de seulement 24,8 pour cent des électeurs.

Philippe Couillard, qui a annoncé jeudi sa démission comme chef du Parti libéral du Québec, est ainsi devenu le seul premier ministre libéral élu à n’avoir fait qu’un seul mandat depuis Adélard Godbout.

La défaite est amère, a confié aux journalistes l’ex-ministre Lucie Charlebois, battue dans Soulanges.

«Ça me fait de la peine, a-t-elle dit. Je ne mérite pas la volée que j’ai eue.

«J’ai travaillé sept jours par semaine pendant les 15 dernières années. De temps en temps, je prenais un dimanche pour mes petits-enfants, un après-midi. Je l’ai fait avec coeur», a-t-elle renchéri.

Son collègue, le candidat réélu dans La Pinière, Gaétan Barrette, a aussi évoqué un sentiment d’amertume.

«Ce n’est pas facile cette journée-là pour les gens qui quittent. Moi, j’en ai parlé à plusieurs qui ont une certaine amertume compte tenu des efforts qui ont été faits», a-t-il relaté, en soulignant au passage le travail «remarquable» de Philippe Couillard à la tête du parti.

Celui-ci s’est faufilé dans la salle où se tenait la réunion sans que personne ne l’aperçoive, et sans répondre aux questions des journalistes. Il avait prononcé plus tôt dans la journée une déclaration solennelle.

«M. Couillard va rentrer dans l’histoire du Québec, j’en suis convaincu, pour avoir positionné le Québec là où on est aujourd’hui», a déclaré M. Barrette.

«Reconnecter» avec les francophones

Plusieurs libéraux se sont désolés d’avoir perdu l’appui des Québécois francophones. Les derniers sondages d’opinion évaluaient que cet appui avait glissé à 17 pour cent, un creux historique.

Ce pourcentage est à l’image des résultats électoraux, le PLQ ayant perdu la plupart des comtés francophones qu’il détenait, à quelques exceptions près.

«Il faut vraiment retomber sur nos pieds, retourner sur le terrain, aller à la rencontre des Québécois et reconnecter avec les Québécois francophones», a analysé le ministre défait Luc Fortin.

Le député réélu dans Mont-Royal-Outremont, Pierre Arcand, a tenu essentiellement les mêmes propos.

Pourquoi les francophones ont-ils abandonné le PLQ? Une grande réflexion s’impose, selon eux.

Par ailleurs, le faible taux de participation aux élections aurait plombé le parti, croit Pierre Moreau, un ex-poids lourd du cabinet Couillard.

Le vétéran politicien a subi la défaite aux mains de la candidate caquiste dans Châteauguay. Il a cependant affirmé, jeudi, que ce n’était pas la fin de son parcours politique. Entre temps, il veut contribuer à la relance du Parti libéral.

«C’est évident, lorsque l’on regarde les chiffres, qu’il y a des libéraux qui sont restés chez eux. C’est symptomatique d’un malaise au sein même du parti, parce qu’un libéral normalement, ça sort et ça va voter», a-t-il dit.

Signes religieux: un débat «infiniment triste»

S’il se reconnaissent certains torts, les libéraux affirment qu’ils ne changeront pas leur position quant à la protection des minorités et au respect des libertés individuelles.

Faisant écho aux critiques à peine voilées de M. Couillard, ils ont dénoncé la réouverture par la Coalition avenir Québec du débat sur les signes religieux, à peine deux jours après les élections.

«C’est d’une tristesse infinie ce débat, a déclaré Hélène David, députée réélue dans Marguerite-Bourgeoys. Je suis immensément peinée, chagrinée, parce qu’on va réveiller tout ce qu’on a vécu en 2012, 2013, 2014.»

En tant qu’opposition officielle, «on va être là pour essayer de sauvegarder le plus possible le Québec qu’on aime, le Québec inclusif, le Québec accueillant», a-t-elle ajouté.

La nouvelle députée dans Saint-Laurent, Marwah Rizqy, doute quant à elle du «consensus» sur ce que propose la CAQ, c’est-à-dire l’interdiction du port des signes religieux pour les employés de l’État en position d’autorité, incluant les enseignants.

La CAQ a fait savoir cette semaine qu’un employé qui refusera d’enlever son signe religieux sera «relocalisé» ou licencié.

«C’est beaucoup plus loin que le compromis Bouchard-Taylor», a-t-elle déclaré, en soulignant que le chercheur Charles Taylor avait plus tard revu sa position.

«Je trouve que c’est peut-être une tentative de diversion de la CAQ, parce qu’ils ont des engagements assez importants: 90 minutes de temps d’attente dans les urgences, des maternelles quatre ans pour tous, ça c’est peut-être des dossiers auxquels ils devraient plus s’attarder», a ajouté Mme Rizqy.

Qui sera chef intérimaire ?

Vendredi, un premier caucus des élus libéraux aura lieu à Québec pour planifier la suite des choses.

Ils devront choisir un chef par intérim et définir les modalités de la course au leadership qu’il faudra organiser pour trouver un successeur à M. Couillard.

Déjà, Mme Rizqy donne son appui à Christine St-Pierre. Selon les rumeurs qui circulent, les candidats intéressés à occuper le poste de chef intérimaire sont: Mme St-Pierre, MM. Barrette et Arcand, ainsi que Marc Tanguay.

Les élus affirment vouloir discuter «en caucus» du sort du député réélu Guy Ouellette, identifié par la CAQ pendant la campagne comme une taupe, qui a coulé des informations compromettantes sur le PLQ à l’opposition en 2016.

M. Ouellette, réélu dans Chomedey, brillait par son absence, jeudi. Rien n’indique qu’il sera de la réunion vendredi.