Yasir Naqvi, Pierre Leroux, Nathalie Des Rosiers, Marie-France Lalonde et Ronald Caza ont présenté la plateforme électorale libérale francophone.

Les libéraux courtisent les Francos

Les libéraux s’engagent à répondre aux besoins spécifiques de la communauté francophone de l’Ontario s’ils sont reconduits au pouvoir le 7 juin prochain, entre autres, en modernisant la Loi sur les services en français (LSF) afin d’améliorer l’accès aux services dans la langue de Molière.

La plateforme électorale francophone a été présentée vendredi matin à Ottawa. Les députés de la région affirment que leur gouvernement continuera d’appuyer les institutions francophones et ils ont réitéré des promesses déjà annoncées.

Marie-France Lalonde, candidate dans Orléans, a fait référence à trois « grands chantiers » qui comprennent la modernisation de la LSF, qui a célébré son 30e anniversaire en 2016, la construction d’un plus grand nombre d’écoles francophones et l’accès à des services de santé dans la langue de Molière.

« On réalise que la loi (sur les services en français) n’est plus adaptée au 21e siècle et qu’on doit la moderniser et il faut aussi penser au concept de l’offre active », estime Mme Lalonde.

Le parti est fier des avancements réalisés au cours des dernières années pour la communauté franco-ontarienne, mais consent qu’il reste du travail à faire pour joindre le plus de francophones possible.

« En ce qui concerne l’accès aux services en français, 80 % du bassin francophone selon la Loi sur les services en français est desservi en français. On voit qu’il y a des choses à améliorer et c’est pour ça que je dis qu’on va regarder la loi et la retravailler », confie Mme Lalonde qui rappelle que 26 régions sont désignées sous la LSF à travers la province.

Le parti libéral souhaite favoriser l’éducation dans la langue de Molière en misant, entre autres, sur l’immigration francophone.

« Il faut augmenter l’immigration francophone, s’assurer qu’on a des enseignants francophones et continuer d’avoir des institutions fortes », soutient Nathalie Des Rosiers, candidate dans Ottawa-Vanier.

Les libéraux ont aussi réaffirmé leur engagement d’ouvrir l’université de l’Ontario français en 2020.

RONALD CAZA VEUT MOBILISER LES FRANCOS

Les électeurs francophones de l’Ontario doivent se mobiliser en vue du scrutin du 7 juin afin de conserver les acquis, mais aussi pour s’assurer que leur futur ne sera pas compromis estime l’avocat Ronald Caza.

« C’est important pour la communauté francophone que le parti libéral revienne au pouvoir », a lancé Me Caza en marge du lancement de la plateforme francophone des libéraux vendredi.

Ronald Caza

Il invite les francophones, jeunes et moins jeunes, à aller voter pour le parti de Kathleen Wynne. Selon lui, il s’agit du seul gouvernement qui peut « assurer que nos institutions continuent de grandir comme elles grandissent présentement et qui va pouvoir préserver notre langue et notre culture ».

Ronal Caza a tenu à rappeler que le parti conservateur de Mike Harris, qui voulait fermer l’Hôpital Montfort, est le même que celui de Doug Ford.

« Ça fait longtemps que les libéraux sont au pouvoir, concède M. Caza. Les batailles qu’on a menées, on ne les a pas menées avec les libéraux au pouvoir. On a dû les mener pendant les années où les conservateurs étaient au pouvoir. »

Selon les dernières données publiées sur le site QC125.com, rien n’est garanti pour les libéraux dans la région d’Ottawa. Seules les circonscriptions d’Ottawa-Vanier et Ottawa Centre ont plus de chance de garder leur couleur rouge. Les projections, pour les sept autres circonscriptions touchant la région de la capitale nationale, prévoient l’élection d’un élu conservateur.