La conseillère municipale Marie-Noëlle Lanthier fait partie des fondatrices du regroupement Leadership Féminin Prescott-Russell.

Les femmes doivent être mieux accueillies en politique

Il faut mieux encourager les politiciennes au sein des conseils municipaux des huit municipalités des Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR), juge un regroupement de leaders féminines de la région.

Le regroupement Leadership Féminin Prescott-Russell (LFPR), qui appuie notamment le développement du leadership féminin, a présenté un projet aux CUPR, mercredi, qui vise entre autres à augmenter la représentation des femmes sur la scène politique.

Dans les conseils municipaux de Prescott et Russell, le taux de représentation féminine est de 21,5 %, soit 11 élues sur 51. 

En Ontario, ce nombre se situe à près de 30 %.

Les conseillères municipales, elles, ne sont que dix sur 43 postes. 

Dans la plupart des municipalités de Prescott et Russell, chaque conseil ne compte qu’une seule conseillère municipale parmi tous ses élus.

Le conseil régional des CUPR compte pour sa part une mairesse sur un huit. Cela constitue 10 % de moins que la moyenne provinciale.

L’autre enjeu soulevé par le rapport de LFPR est celui du soutien à celles qui sont déjà élues. 

« Trop souvent, les femmes qui sont élues ne reviennent pas pour un deuxième mandat », a remarqué l’une des fondatrices de LFPR, Marie-Noëlle Lanthier.

Conseillère municipale de La Nation, Mme Lanthier affirme que les femmes en politique dans la région ont besoin de plus d’outils pour être mieux épaulées.

Plusieurs solutions sont proposées dans le cadre de ce projet. Des événements de réseautage entre les élues devraient être organisés au moins une fois par année. 

« Autrement, on n’a pas la chance de se rencontrer et d’échanger à propos de nos défis, entre nous. Il y a un facteur d’isolement là-dedans. »

Dans ses dix recommandations concernant ces enjeux, LFPR propose principalement davantage de sensibilisation à travers les CUPR ainsi que de la formation pour améliorer l’engagement des femmes en politique, notamment chez les jeunes.

Par ailleurs, la conseillère Lanthier s’est dite « très heureuse » de la réception du projet par les maires des CUPR, qui ont félicité LFPR de l’avoir élaboré.

Le projet « Vers la parité dans Prescott-Russell » a été développé en raison d’une offre de subvention de la part de la Fédération canadienne des municipalités (FCM). 

L’organisme offre un montant de 5000 $ aux gouvernements municipaux ou régionaux afin qu’ils élaborent des projets du même genre. Pour être éligibles, les projets devaient être développés en collaboration avec un groupe féminin. 

« C’était une idée de génie, parce que c’est vrai que quand les municipalités travaillent avec un groupe féminin qui est bien connecté, ça amène de meilleurs résultats. »

Il faudra au moins 15 000 $ pour mettre le projet sur pied, estime LFPR. Il nécessitera l’appui et une contribution financière égale, soit de 5000 $, de la part des CUPR pour sa réalisation.

Mme Lanthier espère aussi pouvoir obtenir le soutien de l’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) pour une contribution additionnelle de 5000 $.