La FTQ a choisi de ne pas donner de consigne de vote, cette fois-ci, bien qu’elle en ait déjà donnée dans le passé, rappelle son président Daniel Boyer.

Les demandes de la FTQ pour les élections

MONTRÉAL — La Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) ne donnera pas de consigne de vote à ses 600 000 membres en vue de l’élection québécoise cet automne, mais elle a bien des demandes à adresser aux partis politiques... à commencer par une exigence de voir des emplois créés ici lorsque le gouvernement accorde une aide financière à une entreprise, à un projet.

Qu’il s’agisse de trains, de wagons de métro ou de tout autre projet, la FTQ veut du contenu local, des emplois ici, de bons emplois et une reddition de comptes, a martelé son président, Daniel Boyer, au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne.

« On n’a jamais été contre l’aide aux entreprises, même les entreprises qui font des sous. Mais en retour, il faut avoir des exigences. Oui, si l’entreprise a des projets novateurs, crée, sauvegarde des emplois, on est d’accord à ce qu’on l’aide. Mais il faut qu’il y ait une reddition de comptes de tout ça. Non pas donner une passe gratuite aux employeurs, comme on l’a fait depuis le début du règne des libéraux. On baisse l’impôt des entreprises ; c’est ben l’fun, mais on pourrait peut-être exiger quelque chose en retour ? » s’est exclamé M. Boyer.

Salaire minimum
La plus grande centrale syndicale du Québec revient aussi avec son os qu’elle ne lâchera pas : hausser le salaire minimum à 15 $, d’autant plus que l’économie va bien.

« Le 1er mai 2016, on proposait d’échelonner l’augmentation du salaire minimum jusqu’en 2022, mais là, le décor a passablement changé depuis ce temps-là », puisque l’Ontario, l’Alberta et la Colombie-Britannique ont depuis pris des engagements en ce sens, a plaidé M. Boyer. On est prêt à y aller par étapes, mais il faut que ça se passe rapidement. »

Ces propositions, comme une vingtaine d’autres, font partie de la plateforme électorale que la FTQ a adoptée en conseil général.

La centrale syndicale veut aussi voir l’interdiction de toutes les clauses de disparité de traitement dans les conventions collectives, même celles qui existent déjà. Les échelles de salaire distinctes, en fonction de la date d’embauche, sont déjà interdites, mais pas les régimes de retraite distincts ou les régimes d’assurances distincts.