Les femmes doivent prendre leur place en politique, croit l’organisme iVote-jeVote.

Les défis des femmes en politique

Les femmes doivent prendre leur place en politique, croit l’organisme iVote-jeVote. Les membres de la communauté étudiante de l’Université d’Ottawa (Ud’O) ont décidé de rassembler quatre candidates aux élections municipales d’Ottawa pour discuter des obstacles qu’elles rencontrent et de leurs motivations.

« On s’est rendu compte que comparé aux autres villes, Ottawa n’a pas une grande représentation de femmes au conseil municipal. On s’est posé la question pour comprendre pourquoi la situation est comme ça. On s’est aussi rendu compte qu’à Ottawa, plusieurs femmes se présentent en politique pour la première fois. On trouvait ça intéressant de pouvoir aborder ces questions avec elles », explique Helaina Gaspard, directrice gouvernance et institutions à l’Institut des finances publiques et de la démocratie de l’Ud’O, qui gère l’initiative des étudiants.


«  Je ne veux pas que les gens votent pour moi juste parce que je suis une femme.  »
Emilie Coyle

Les quatre candidates ont été sélectionnées afin de représenter différents milieux d’Ottawa. Jenna Sudds du quartier Kanata Nord, Emilie Coyle du quartier Collège, Christine McAllister du quartier Capitale et Raylene Lang-Dion du quartier Alta Vista ont pris part à la discussion qui a eu lieu mardi soir.

Lors de son porte-à-porte, Mme Coyle a été confrontée à certains préjugés qu’on étiquette souvent aux femmes dans le monde politique.

« Je me suis fait poser des questions comme : ‘comment allez-vous être notre conseillère et une mère en même temps ?’ Nous sommes en 2018, mais il y a encore des gens qui pensent que c’est le travail de la mère de rester à la maison avec les enfants », confie la candidate du quartier Collège.

Pour la mère de famille, avoir des enfants n’est pas un obstacle. « Je suis vraiment chanceuse parce que j’ai un partenaire présent à la maison et mes enfants ont 13 et 10 ans, ils sont plus âgés », ajoute-t-elle.

Mme Coyle est d’avis que les femmes doivent prendre leur place en politique afin d’avoir une représentation de toute la population autour de la table du conseil.

« Je trouve cela difficile parce que je ne veux pas que les gens votent pour moi juste parce que je suis une femme, soutient Emilie Coyle. Je veux qu’on vote pour moi parce que j’ai de l’expérience, mais aussi parce que je suis une femme. »