Le Québec est une province bilingue, a affirmé jeudi la ministre Sonia LeBel, avant de se raviser.

Le Québec est une province bilingue, selon la ministre Sonia LeBel

Le Québec est une province bilingue, a affirmé jeudi la ministre Sonia LeBel, avant de se raviser.

Ce serait même la seule province bilingue au Canada, selon la ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne.

Or, depuis 45 ans, la langue française est la seule langue officielle du Québec. C'est le gouvernement de Robert Bourassa qui avait fait adopter la loi 22, en 1974, ouvrant ainsi la voie à la loi 101, adoptée en 1977 par le gouvernement de René Lévesque.

Et la seule province canadienne officiellement bilingue est le Nouveau-Brunswick.

Au micro de l'animateur Paul Arcand, sur les ondes du 98,5, tôt jeudi matin, la ministre LeBel était invitée à commenter les demandes formulées cette semaine par son gouvernement aux chefs de parti, dans le cadre de la campagne électorale fédérale présentement en cours.

«Le Québec est la seule province bilingue au Canada», a déclaré la ministre LeBel, durant l'entrevue, en parlant des demandes du gouvernement Legault portant sur la question linguistique.

«C'est un lapsus», a cependant corrigé la ministre en mêlée de presse, quelques heures plus tard, cherchant à se faire rassurante sur ses connaissances du portrait linguistique canadien.

«Je veux rassurer les gens», a ajouté la ministre, affirmant qu'elle était «très au fait» que le Québec était francophone.

Et elle a précisé aussitôt qu'elle savait aussi que la seule province bilingue du Canada était le Nouveau-Brunswick.

Durant l'entrevue radiophonique, elle rappelait que son gouvernement souhaitait que les entreprises à charte fédérale installées au Québec, comme les banques, soient assujetties à la loi 101. Le gouvernement caquiste voudrait que tous les chefs s'engagent dans cette voie, s'ils prennent le pouvoir à Ottawa le 21 octobre.

Elle disait juger «aberrant» que la langue française n'ait pas le même statut dans les différents milieux de travail, qu'ils soient de compétence fédérale ou québécoise.

L'opposition péquiste a tenu à déplorer le «lapsus» de Mme LeBel.

«C'est navrant d'avoir à rappeler à la ministre des relations entre Québec et Ottawa» que le Québec n'est pas une province bilingue et que sa seule langue officielle est le français, a regretté le chef par intérim du Parti québécois (PQ), Pascal Bérubé, en mêlée de presse.